Fini les pesticides ? Ces plantes OGM arrivent à repousser d'elles-même les insectes

, modifié à
  • A
  • A
fleurs 2:27
À l'avenir, les insecticides pourraient être remplacés par des plantes ajoutées au milieu des champs. (Photo d'illustration) © PRAKASH MATHEMA / AFP
Partagez sur :
Pour préserver l'environnement, des chercheurs anglais font des expérimentations pour rendre des plantes capables d'optimiser les récoltes. Elles pourraient ainsi se substituer aux pesticides, qui polluent les nappes phréatiques. Mais le chemin reste encore long, constate le journaliste Anicet Mbida sur Europe 1.
ON DÉCRYPTE

Des plantes qui évitent de répandre des produits chimiques dans la nature, c'est le projet sur lequel planche des chercheurs anglais. Ces végétaux seraient en effet capables d'attirer ou de faire fuir certains insectes, en secrétant des phéromones, des substances chimiques. Ces dernières peuvent, en fonction des besoins, stimuler ou freiner la reproduction des insectes. "Ces plantes vont, par exemple, piéger les mâles en se faisant passer pour des femelles, qui ne peuvent plus s'accoupler et pondre leurs larves sur les récoltes", détaille Anicet Mbida, journaliste spécialisé dans les innovations pour Europe 1.

Des plantes génétiquement modifiées 

Autre avantage : les phéromones peuvent "cibler une espèce en particulier alors que les insecticides vont tuer tous les papillons, sauterelles et coccinelles", précise-t-il.  

Comment ces plantes parviennent-elles à fabriquer des phéromones ? "Elles ont été génétiquement modifiées", répond Anicet Mdiba, qui ajoute que les plantes conçues par les chercheurs commencent à être testées en plein champ de l'autre côté de la Manche. Mais l'utilisation des phéromones n'est pas nouvelle, d'après Anicet Mbida. "On utilise déjà les phéromones pour éviter les insecticides. Ils ont prouvé leur efficacité mais ce sont des produits chimiques très chers à mettre au point alors qu'il est beaucoup plus simple de semer quelques plantes", explique-t-il.

Si ces plantes entrent un jour sur le marché, nous n'aurions peut-être plus besoin de pesticides. 

Europe 1
Par Anicet Mdiba, édité par Tiffany Fillon