Un rescapé du crash de Chapecoense meurt en jouant au foot

  • A
  • A
Le journaliste brésilien est mort d'un infarctus, à l'âge de 45 ans.
Le journaliste brésilien est mort d'un infarctus, à l'âge de 45 ans. © NELSON ALMEIDA / AFP
Partagez sur :
Le journaliste Rafael Henzel faisait partie des six survivants du crash transportant l'équipe brésilienne de Chapecoense. Il est finalement mort à l'âge de 45 ans, en jouant au football.

Le journaliste Rafael Henzel, un des six survivants du crash qui a décimé le club brésilien Chapecoense, est mort d'un infarctus qui l'a terrassé alors qu'il jouait au football, a annoncé lundi soir la radio où il travaillait.

En pleine partie de foot avec des amis

"Il jouait au foot avec des amis et a été victime d'un infarctus. Il a été amené à l'hôpital régional de Chapeco, où son décès a été confirmé", a indiqué à l'antenne un de ses collègues de Radio Oeste Capital. Le journaliste de 45 ans avait survécu à l'accident qui causé la mort de 71 personnes le 28 novembre 2016, dont 19 joueurs de Chapecoense qui se rendaient a Medellin, en Colombie, pour disputer la finale du match aller de la Copa Sudamericana.

Le club brésilien a exprimé dans un communiqué sa "profonde tristesse" après le décès de celui qui avait publié en juin 2017 un livre intitulé Vis comme si chaque jour était le dernier. "Durant sa brillante carrière, Rafael a raconté de façon exceptionnelle l'histoire de Chapecoense. Il est devenu un symbole de l'équipe", pouvait-on lire sur le site internet de l'équipe du sud du Brésil.

Il disait avoir "deux dates de naissance"

Dans un entretien à l'AFP en 2017, il affirmait être "né une deuxième fois" après avoir survécu au crash, montrant une profonde reconnaissance pour les équipes de secours colombiennes qui l'ont extirpé en vie des décombres. "J'ai deux dates de naissance. Je suis Brésilien et Colombien. Cela a été une renaissance, oui, mais je dois faire valoir cette renaissance, ça ne suffit pas de juste vivre", avait-il expliqué.

Trois joueurs de l'équipe avaient également survécu, le gardien Jackson Follmann, amputé d'une jambe, le défenseur Neto et le latéral Alan Ruschel, ainsi que deux membres boliviens de l'équipage, Erwin Tumiri et Ximena Suarez.