Trophée des champions : en Chine, Neymar veut se relancer avec le PSG

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le joueur brésilien dispute le Trophée des champions, samedi avec le Paris Saint-Germain, face à Monaco, à Shenzhen. Un bol d'air frais pour lui après une Coupe du monde compliquée.

Finies les vacances pour Neymar. L'attaquant brésilien retrouve ses partenaires du Paris Saint-Germain, mercredi ou jeudi, à Shenzhen, en Chine, où le club parisien dispute samedi le trophée du champion contre Monaco. Neymar a connu un été mouvementé avec une Coupe du monde contrastée, marquée par ses roulades plus que par son talent et conclue prématurément après l'élimination du Brésil en quarts de finale par la Belgique. Il va donc retrouver ses partenaires et un pays, la Chine, où il est en terrain conquis.

Une icone très "bankable". Là-bas, Neymar est une icone, il n'est pas rare de croiser son portrait sur les devantures des buildings. Le Brésilien, footballeur de génie, et homme-sandwich à ses heures perdues, est l'ambassadeur de plusieurs grandes marques de téléphonie, téléviseurs ou encore de constructeurs automobiles. Neymar n'était pourtant pas sûr d'aller en Chine : le PSG n'a confirmé sa venue que dimanche. Un ouf de soulagement car les diffuseurs chinois mettaient la pression pour que la vedette brésilienne soit bel et bien présente, samedi, pour le Trophée des champions.

Critiqué au Brésil. Une marque d'affection qui devrait réjouir Neymar car, au Brésil, depuis quelques jours, il est vivement critiqué pour une vidéo réalisée par un de ses sponsors. Le joueur de 26 ans y confesse qu'il a parfois tendance à exagérer ses chutes mais qu'il souffre réellement sur le terrain. Une autocritique pas du tout au goût des médias brésiliens, qui pointent du doigt un manque de sincérité. Pour O Globo, le joueur du PSG s'est même "tiré une balle dans le pied" avec ce clip où il se pose en victime. Que Neymar se rassure : en Chine, ce sont des centaines de supporters acquis à sa cause qui devraient l'accueillir.