Tour de France : "Je reste celui qui a battu le plus grand de tous les temps", rappelle Bernard Thévenet

  • A
  • A
Bernard Thévenet 1975
Bernard Thévenet 1975 © AFP
Partagez sur :
TOUR DE FRANCE - Le Maillot jaune fête son centenaire. À cette occasion, chaque jour de la semaine, Europe 1 fait témoigner un ancien porteur de la célébrissime tunique. Ce matin, Axel May a rencontré Bertrand Thévenet, vainqueur de deux Tours de France (1975 et 1977). Il évoque ses souvenirs en jaune, et notamment ce jour où il a pris le Maillot jaune sur le Tour 1975 au "cannibale" Eddy Merckx.
INTERVIEW

Dans l’histoire du cyclisme, Bernard Thévenet reste celui qui a fait tomber Eddy Merckx, considéré comme le plus grand cycliste de tous les temps. Il lui a subtilisé le Maillot jaune dans la montée du Pra-Loup, lors de la 15ème étape du Tour 1975. "Tout s’est passé en un quart d’heure", se souvient l'ancien coureur de l'équipe Peugeot. "J’étais tellement fatigué que je n’entendais rien du tout et j’ai su par la suite seulement que j’étais le Maillot jaune, alors que j’étais le premier concerné. Je reste celui qui a battu le plus grand de tous les temps. Eddy Merckx m’a fait transpirer nerveusement, mentalement plus que physiquement parce qu’il était le coureur total, il voulait toujours tout gagner. Il ne fallait surtout pas faire d’erreur."

"Pourquoi Merckx a-t-il mis son maillot dans ma chambre ?"

Cette obsession du "cannibale" pour la victoire est même allée jusqu’à provoquer des hallucinations chez son adversaire. "J’avais mis mon Maillot jaune sur une chaise et subitement, dans la nuit, je me réveille, ça dure une fraction de seconde, je vois le Maillot, et je me dis 'Pourquoi Merckx a-t-il mis son maillot dans ma chambre ?' Ce n’était pas vraiment innocent, car au fond de moi-même, je savais très bien que j’en étais presque un porteur virtuel, car 58 secondes d’avance sur Eddy, ce n’était rien du tout, il fallait absolument creuser l’écart. C’est ce que j’ai fait le lendemain en m’imposant à Serre-Chevalier."

Bernard Thévenet distance Eddy Merckx dans la montée vers Pra-Loup :

Bernard Thévenet a finalement remporté ce Tour 1975 avec 2'47" d’avance sur Merckx, avant de décrocher également celui de 1977 devant le néerlandais Hennie Kuiper. En tout, l’ancien consultant de France Télévisions a porté le Maillot jaune pendant 17 jours. "Le premier, c’est celui qui procure le plus d’émotions, parce que c’est un but dont je rêvais", précise Bernard Thévenet. "C'est celui pour lequel on a consenti énormément de sacrifices. On a attendu un bon moment, on est vraiment content de l’avoir, c’est vraiment une satisfaction personnelle mais on pense aussi à ceux qui nous ont soutenu jusque-là. C’est un bonheur assez furtif, parce qu’après il faut penser à le conserver, et c’est une autre paire de manches."

Cette année-là, en 1975, Bernard Thévenot avait réussi à le conserver jusqu’au bout, jusqu’aux Champs-Elysées, qui accueillaient alors pour la première fois l’arrivée du Tour.   "C’était tellement une belle arrivée. Il y avait une foule énorme.  Au début, on s’est dit que ça faisait bizarre, qu’on faisait une sorte de critérium. Ce n’était pas très prestigieux, mais à la suite de la première arrivée, tout le monde a voulu recommencer."

Europe 1
Par Thomas Gentil