Tour de France : cinq choses à retenir de la 20ème étape contre-la-montre

, modifié à
  • A
  • A
Geraint Thomas laisse éclater sa joie lors de la cérémonie protocolaire de la 20ème étape.
Geraint Thomas laisse éclater sa joie lors de la cérémonie protocolaire de la 20ème étape. © Philippe LOPEZ / AFP
Partagez sur :
La Sky a frappé fort samedi lors du chrono. Geraint Thomas est assuré de remporter son premier Tour de France, alors que Chris Froome a repris la troisième place du classement général.
TOUR DE FRANCE

Un triomphe pour la Sky. L’équipe britannique a confirmé sa toute puissance sur le Tour de France avec sa double belle affaire lors du chrono de samedi, remporté par le Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb) entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Geraint Thomas, troisième de cette 20ème et avant-dernière étape, s’est assuré (sauf catastrophe) de remporter son premier Tour de France, à la veille de l’arrivée à Paris.

Si la victoire finale du Britannique ne faisait pratiquement aucun doute, la "résurrection" de son coéquipier Christopher Froome était elle bien plus inattendue. "Froomey", en grande difficulté vendredi dans les Pyrénées, a réussi un grand coup en revenant sur le podium, au détriment de Primoz Roglic, grâce à sa deuxième place sur cette étape. 

Geraint Thomas, le successeur. Après Bradley Wiggins et Christopher Froome, un troisième Britannique de la Sky est assuré de remporter le Tour de France, dimanche. Geraint Thomas, troisième de l’étape de samedi, n’est plus qu’à 116 km (la distance de la dernière étape, dimanche) d’inscrire son nom au palmarès de la Grande Boucle.

Le Gallois a encore une fois été impressionnant, virant en tête lors des deux premiers intermédiaires, avant de baisser de pied dans la dernière partie du chrono (pour essayer de laisser la victoire à Froome ?). Sauf cataclysme, Geraint Thomas devrait donc parader en jaune sur les Champs-Élysées et perpétuer, une année de plus, le règne de la Sky.

Christopher Froome, une réaction de champion. Oublié, le Christopher Froome distancé dans l’Aubisque. Le quadruple vainqueur du Tour était apparu en grande difficulté vendredi lors de la dernière étape dans les Pyrénées, cédant sa troisième place à Primoz Roglic. La mission s’annonçait dès lors très difficile pour "Froomey", lesté de 13 secondes de retard sur le Slovène avant le départ du chrono.

Sauf qu’il ne faut jamais enterrer un champion. Samedi, Chris Froome a retrouvé toutes ses sensations pour signer un temps canon, à seulement une seconde du vainqueur Tom Dumoulin, et surtout avec plus d’une minute d’avance sur Roglic. "Arriver sur le podium avec Geraint Thomas, c'est le rêve. Après une journée très difficile hier, je pensais que ce n'était pas possible. Je suis très content", s’est réjoui Froome, interrogé à l’arrivée.

Tom Dumoulin, le maître du temps. Mais sur le contre-la-montre, le plus fort s’appelle toujours Tom Dumoulin. Le Néerlandais, champion du monde en titre de la spécialité, a confirmé sa maîtrise de l’exercice avec sa victoire samedi, pour une petite seconde d’avance. De quoi lui permettre, au passage, de conforter sa deuxième place au classement général.

"Je suis venu sur le Tour sans attente. J'ai eu quelques journées difficiles comme hier (vendredi). Être deuxième au général et gagner aujourd'hui (samedi), c'est merveilleux. J'ai 27 ans, donc j'espère encore devenir un peu plus fort, surtout en montagne et pour pouvoir essayer de gagner un jour le Tour de France", a déclaré Dumoulin. L’an prochain, il faudra assurément compter sur le Néerlandais.

La déception Primoz Roglic. À l’inverse, la déception est immense pour Primoz Roglic. Le Slovène avait frappé fort vendredi, avec sa victoire dans les Pyrénées et une troisième place au général prise à Froome. Mais la vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain.

Samedi, rien n’a fonctionné pour lui sur le chrono, un exercice qu’il maîtrise pourtant puisqu'il est vice-champion du monde en titre (derrière Dumoulin et devant… Froome). Roglic, en difficulté dès les premiers kilomètres, a terminé à une bien décevante 8ème place de l’étape, à plus d’une minute de Froome. Le podium, à portée de pédales, s’est dérobé sous ses pieds.

Romain Bardet gagne une place. Romain Bardet s’est (un peu) consolé de son frustrant Tour 2018. Le meilleur coureur Français au classement général a gagné une place au classement général, remontant de la septième à la sixième place, grâce à un bon chrono (22ème de l’étape).

"C'est pas mal. J'étais concentré sur mon effort, finir le Tour la tête haute et ne pas avoir de regrets jusqu'à l'an prochain. C'était difficile après le raid d'hier, mais je pense que c'était dur pour tout le peloton. Plus les années passent, plus les standards sont élevés, et plus on attend de moi", a-t-il déclaré à l’arrivée. Le Tour n’est pas fini que Bardet pense, déjà, à celui de l’an prochain…

Le classement général après la 20ème étape : 

1. Geraint Thomas (GBR/Sky) 80h30'37"
2. Tom Dumoulin (HOL/SUN) à 1'51"
3. Christopher Froome (GBR/SKY) 2'24"
4. Primoz Roglic (SLV/LNL) 3'22"
5. Steven Kruijswijk (HOL/LNL) 6'08"
6. Romain Bardet (FRA/ALM) 6'57"
7. Mikel Landa (ESP/MOV) 7'37"
8. Daniel Martin (IRL/EAU) 9'05"
9. Ilnur Zakarin (RUS/KAT) 12'37"
10. Nairo Quintana (COL/MOV) 14'18"