Tour de France : cinq choses à retenir de la 19ème étape entre Lourdes et Laruns

, modifié à
  • A
  • A
Roglic, à droite, a remporté la 19ème étape, alors que Thomas, à gauche, a conforté son Maillot jaune.
Roglic, à droite, a remporté la 19ème étape, alors que Thomas, à gauche, a conforté son Maillot jaune. © MARCO BERTORELLO / AFP
Partagez sur :
Le Slovène Primoz Roglic, victorieux de la 19ème étape, la dernière dans les Pyrénées, a éjecté Christopher Froome du podium. Geraint Thomas est assuré, sauf catastrophe, de remporter son premier Tour de France.
TOUR DE FRANCE

Émotions contrastées pour l’équipe Sky. Christopher Froome, en difficulté lors de cette dernière journée dans les Pyrénées, a été éjecté du podium par Primoz Roglic, vainqueur vendredi de la 19ème étape du Tour de France. Le Slovène, plus fort dans la descente du col d’Aubisque, a non seulement remporté un succès de prestige à Laruns en solitaire, mais également ravi la troisième place du classement général au Britannique.

Geraint Thomas, deuxième de cette étape, peut en revanche garder le sourire. Le Gallois a maîtrisé les attaques de ses rivaux pour conforter son Maillot jaune à deux jours de l’arrivée à Paris, au terme d’une superbe étape, sans aucun doute la plus spectaculaire de cette édition 2018.

Roglic éjecte Froome du podium. Non, Christopher Froome ne bluffait pas. Le quadruple vainqueur du Tour de France, en souffrance, a été incapable de suivre les accélérations de Primoz Roglic dans la montée du col d’Aubisque, la dernière difficulté de la journée. D’abord distancé, "Froomey" est ensuite revenu sur le groupe des favoris grâce à l’aide précieuse (encore une fois) de son jeune et talentueux coéquipier Egan Bernal. Mais le Britannique n’a ensuite pas résisté aux nouvelles offensives de Roglic dans la descente de l’Aubisque.

Le Slovène, plus fort que tous les principaux favoris, s’est envolé vers la victoire d’étape et en a profité pour prendre la troisième place à Froome, pour 13 secondes. Il peut désormais se concentrer sur le contre-la-montre de samedi et, pourquoi pas, espérer faire encore mieux. "Samedi, ce sera un contre-la-montre décisif. Il faudra tout tenter. J’aimerais faire le meilleur résultat possible, c’est tout ce que j’espère", a sobrement commenté le Slovène, interrogé après l’étape sur France 2. La bataille pour le podium promet d’être intense samedi entre Dumoulin, Roglic et Froome, tous les trois de grands spécialistes du contre-la-montre. On en salive d’avance.

Thomas conforte son Maillot jaune. Geraint Thomas, lui, devrait regarder de loin cette bataille pour le podium. Le Britannique a conforté son Maillot jaune et a au passage terminé à la deuxième place de l’étape, au sprint, devant Romain Bardet. La journée du coureur de la Sky n’a pas pour autant été un long fleuve tranquille. Thomas s’est retrouvé isolé, sans coéquipier, pendant quelques kilomètres lors de l’ascension de l’Aubisque.

Froome, bien aidé par Bernal, est finalement revenu au contact et la Sky a pu maîtriser, non sans difficultés, les attaques de ses rivaux. "On a réussi à assurer, mais c’était une étape difficile", a avoué Geraint Thomas, au micro de France 2. "Il faudra faire un bon contre-la-montre." Un dernier effort et un nouveau Sky pourra lever les bras à Paris. Un de plus.

Bardet troisième mais frustré. Romain Bardet a, longtemps, espéré remporter cette 19ème étape. Le Français, en difficulté depuis le départ, a finalement échoué à la troisième place, derrière Roglic et Thomas. Le leader d’AG2R a pourtant tout tenté, se portant à l’attaque à 100 kilomètres de l’arrivée. Bardet, en tête avec Landa dans l’Aubisque, a été rattrapé par le groupe des favoris à un kilomètre du sommet. La chance du Français était passé : il ne remporterait pas sa première victoire d’étape sur ce Tour 2018.

"J'ai fait le maximum. J'ai cru à la victoire jusqu'au bout. Je ne sais pas ce qu'il aurait fallu faire de plus sur ce Tour, ça n'a simplement pas voulu sourire. C'est comme ça. Je passe encore à côté. Une fois que l'on a perdu 15 mètres sur Roglic c'est impossible de rentrer. C'est comme ça, c'est malheureux", a déclaré Bardet, dépité après l’arrivée, au micro de France 2. Le Français, septième du classement général, ne montera pas sur le podium cette année.

Alaphilippe assuré du Maillot à pois. Le clan tricolore peut au moins se consoler avec Julian Alaphilippe. Le coureur de la Quick Step est assuré de remporter le Maillot à pois rouges, à deux jours de l’arrivée à Paris. Alaphilippe, qui est passé en tête au sommet du col d’Aspin, ne peut plus être rejoint. Il succède ainsi à un autre Français, Warren Barguil, actuel deuxième au classement du meilleur grimpeur. Cocorico, en somme.

Le calvaire de Sagan. Peter Sagan est lui aussi assuré de ramener le Maillot vert à Paris. Mais que ce fut dur pour le Slovène, en difficulté dès les premiers kilomètres d’ascension vendredi. Le champion du monde, rapidement distancé, a finalement terminé dans les délais, à 38 minutes de Roglic. Sauf catastrophe, Sagan devrait remporter pour la sixième fois le classement par points et égaler ainsi le record de l’Allemand Erik Zabel. Une légende, tout simplement.