Rugby : Shaun Edwards, l’Anglais qui fait gagner le XV de France

  • A
  • A
Arrivé dans le staff du XV de France en novembre 2019, Shaun Edwards s'est parfaitement intégré au groupe français. 1:21
Arrivé dans le staff du XV de France en novembre 2019, Shaun Edwards s'est parfaitement intégré au groupe français. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Depuis novembre 2019, Shaun Edwards est l’entraîneur de la défense de l'équipe de France de Rugby. Pendant dix ans dans le staff du Pays de Galles, cet Anglais s'est bien intégré dans le groupe français et voit dans les Bleus un fort potentiel. Les joueurs et l'encadrement l'ont déjà adopté. 

Le pari semble déjà gagnant. Avec son crâne rasé, son front plissé et ses petits yeux qui ne cessent de fixer les joueurs, Shaun Edwards fait au premier abord un peu peur. Mais cet Anglais, qui est arrivé dans le staff de l'équipe de France de rugby en novembre 2019 pour entraîner la défense, s'est parfaitement intégré dans le XV de France.

 

"Il est fait pour la compétition"

Certes, cet homme de l'ombre des Bleus a encore du mal à parler la langue, mais sur le terrain, il sait se faire comprendre. Il multiplie les consignes, les séances vidéos et les briefings : les joueurs sont ravis. Le manager général de l'équipe de France, Raphaël Ibañez, l'est aussi. "C'est le cœur qui parle quand j'évoque Shaun", affirme-t-il. "C'est quelqu'un qui est fait pour la compétition, qui est hyper précis et qui manifestement plaît déjà aux joueurs. Il est heureux d'être là et ce n'est que le début".

Après la victoire du XV de France face à l'Angleterre (24-17) dimanche, les Français reçoivent les Italiens ce week-end à Saint-Denis. "Shaun Edwards est fabriqué pour ce match", poursuit Raphaël Ibañez au micro d'Europe 1. Le principal intéressé, lui, affirme être heureux en France. "Il y a plus de soleil qu'en Angleterre", concède Shaun Edwards avec humour.

 

Un humour British bien présent puisque lorsque l'ancien membre du staff du Pays de Galles affirme que les Français "sont bons, qu'ils progressent énormément et qu'ils sont disciplinés", il ajoute un petit bémol. "Sauf lorsqu'il s'agit de donner des coups de coudes." Une référence au quart de finale de la Coupe du monde 2019 qui avait opposé la France au Pays de Galles et où le deuxième ligne Vahaamahina s'était fait expulser pour un violent geste d'anti-jeu.

Europe 1
Par Simon Ruben, édité par Ariel Guez