Roland-Garros : Wawrinka au tapis, Mladenovic aussi… Ce qu’il faut retenir de la journée de lundi

, modifié à
  • A
  • A
Stan Wawrinka, tout comme Kristina Mladenovic, ont déçu lundi en chutant dès leur entrée en lice dans le tournoi parisien.
Stan Wawrinka, tout comme Kristina Mladenovic, ont déçu lundi en chutant dès leur entrée en lice dans le tournoi parisien. © Montage AFP
Partagez sur :
Finaliste l'an passé, Stan Wawrinka a craqué dès le premier tour lundi, tout comme la Française Kristina Mladenovic, quart de finaliste en 2017. Si Thiem, Djokovic et Gasquet ont fait le travail, Nadal devra patienter.
ROLAND-GARROS

Ce début de Roland-Garros est décidément riche en surprises. Après Jelena Ostapenko, tenante du titre chez les femmes éliminée dimanche, le Suisse Stan Wawrinka est lui aussi tombé, lundi. Finaliste du tournoi parisien l'an dernier, "Stanimal" s'est incliné dès le premier tour face à Guillermo Garcia-Lopez. Autre surprise : l'élimination de l'Espagnol David Ferrer ou encore celle de Kristina Mladenovic. Quart de finaliste la saison passée, la Française s'est inclinée en deux sets face à l'une de ses bêtes noires (0 victoire en 5 matches), l'Allemande Andrea Petkovic, pourtant tombée au 107ème rang mondial.

Côté français, ça passe en revanche pour Pauline Parmentier, Benoît Paire, Gilles Simon et Richard Gasquet, expéditif sur le court Suzanne-Lenglen. Novak Djokovic et Dominic Thiem ont eux aussi fait le travail. Rafael Nadal, bousculé, a vu sa partie interrompue. Voici ce qu’il faut retenir de la journée de lundi.

La journée des stars : Wawrinka tombe, Thiem vole, Nadal en stand-by

Wawrinka à genoux.  En 2017, il disputait sa deuxième finale à Roland-Garros, deux ans après avoir remporté le tournoi. Lundi, Stan Wawrinka n'a même pas passé le premier tour, battu en cinq manches et 3h30' de jeu par l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez, 67ème joueur mondial (6-2, 3-6, 4-6, 7-6[5], 6-3). Le même qui l'avait déjà surpris d'entrée il y a quatre ans. La différence, c'est qu'à l'époque, "Stanimal" était arrivé à Paris dans une forme olympique après avoir remporté son premier tournoi du Grand Chelem, en Australie, puis son premier Masters 1000 sur la terre battue de Monte-Carlo.

Opéré deux fois du genou gauche en août dernier, et aujourd'hui 30ème au classement ATP, l'ancien numéro 3 mondial peine aujourd'hui à retrouver son niveau. En 2018, il n'a remporté que quatre matches sur le circuit, pour sept défaites. Dont celle contre Garcia-Lopez, donc, après avoir pourtant mené deux sets à un et fait le break dans le quatrième… "Cela faisait un an que je n'avais pas joué un match en cinq sets. Au quatrième, je commençais déjà à coincer un peu physiquement", a reconnu le Vaudois, qui ne figurera plus dans les 50 premiers du classement mondial à l'issue du tournoi.

Bousculé, Nadal terminera mardi. Pour le décuple vainqueur de Roland-Garros, affronter un lucky loser au premier tour s'apparentait à première vue à une promenade de santé. Les apparences sont parfois trompeuses. Loin d'en faire son quatre heures, Rafael Nadal a eu les pires difficultés à remporter ses deux premiers sets du tournoi face à l'Italien Simone Bolelli (6-4, 6-3). Jusqu'à être mené 3-0 dans le troisième… Et de voir la rencontre interrompue par la pluie autour de 19h45. Gageons que la nuit lui remettra les idées en place.

Thiem comme sur des roulettes. Opposé au Biélorusse Ilya Ivashka, Dominic Thiem n'a au contraire pas traîné : 6-2, 6-4, 6-1 et moins de deux heures passés sur le court. Victorieux du tournoi de Lyon la semaine passée, l'Autrichien confirme qu'il est l'un des rares à pouvoir faire tomber l'ogre Nadal. C'est d'ailleurs le seul à l'avoir fait, à deux reprises, ces deux dernières saisons sur terre battue. Avant cela, il faudra toutefois se défaire du jeune Grec Stefanos Tsitsipas (39ème mondial), qui s'affiche à 19 ans comme l'une des promesses du circuit masculin. Fin avril, en quarts de finale à Barcelone, c'est d'ailleurs lui qui avait remporté leur duel.

Djokovic OK. Il a fait le job. Ni plus, ni moins. Tombé au 22ème rang mondial, Novak Djokovic s'est imposé en trois sets (6-3, 6-4, 6-4) face au au modeste Brésilien Rogério Dutra Silva (134ème). Le Serbe a assuré… Sans vraiment rassurer. "Je n'ai pas très bien commencé, mais j'ai gagné en trois sets, c'est ça l'important", a relativisé - en français s'il vous plaît - le lauréat de l'édition 2016, qui évitera au deuxième tour l'Espagnol David Ferrer, finaliste en 2013 à Paris mais battu en cinq sets par son compatriote Jaume Munar (3-6, 3-6, 7-6[3], 7-6[4], 7-5).

Azarenka, retour manqué. Comme Wawrinka, Victoria Azarenka peine à revenir à son meilleur niveau. L'ex-n°1 mondiale, absente à Roland l'an passé après avoir donné naissance à son premier enfant, a chuté d'entrée devant la Tchèque Katerina Siniakova, 57ème (7-5, 7-5). Il faut dire que la Biélorusse, lauréate de l'Open d'Australie en 2012 et 2013, n'avait plus joué en Grand Chelem depuis Wimbledon l'année dernière.

La 8ème mondiale, la Tchèque Petra Kvitova, a quant à elle dû s'employer pour écarter la 87ème mondiale, la Paraguayenne Veronica Cepede, en trois sets (3-6, 6-1, 7-5). Toujours en lice, elle est l'une des prétendantes au titre à Paris après avoir remporté les tournois de Prague et Madrid sur terre battue.

Europe 1 est la radio officielle de Roland-Garros ! Découvrez le programme de nos émissions depuis la Porte d'Auteuil.

Sharapova devra encore patienter. Pour son retour après deux éditions manquées, la double championne du tournoi Maria Sharapova devra pour sa part encore attendre. Son premier tour face à la Néerlandaise Richel Hogenkamp, 134ème mondiale, qu'elle avait surclassée à Wimbledon en 2015 (6-3, 6-1), a été reporté à mardi.

La belle histoire de Trungelliti. En attendant Sharapova, la belle histoire du jour est celle de Marco Trungelliti, 190ème mondial. L'Argentin a gagné le droit lundi de participer au deuxième tour. Une victoire improbable. Car l'Argentin avait été éliminé en qualifications avant d'être repêché suite au forfait de Nick Kyrgios dimanche. Retourné à Barcelone, où il réside, il a décidé de revenir à Paris. S'en est suivi un trajet de neuf heures en voiture, de la Catalogne à la Porte d'Auteuil. Et une victoire, donc, face à l'Australien Bernard Tomic (6-4, 5-7, 6-4, 6-4).

La journée des Bleus : Mladenovic, nuage gris entre les éclaircies

Mladenovic, rien ne va plus. Depuis son quart de finale Porte d'Auteuil l'an passé, c'est simple, elle n'y arrive plus. Pour la troisième fois de suite en Grand Chelem, la Nordiste de 25 ans s'est inclinée dès le premier tour lundi, malgré quatre balles de premier set face à l'Allemande Andrea Petkovic, ex-membre du Top 10 descendue au 107ème rang (7-6[10], 6-2). Après une saison bien compliquée, marquée notamment par une vertigineuse série de quinze défaites d'affilée entre août et janvier, "Kiki" sera même éjectée du Top 50 après le tournoi parisien…

Gasquet a régalé. La vraie satisfaction de la journée côté français vient sans conteste de Richard Gasquet, très facilement qualifié pour le deuxième tour face à l'Italien Andreas Seppi  (6-0, 6-2, 6-2). Le tout en 1h26'. Lui-même en était "surpris". Au prochain tour, le Bitterois, tête de série numéro 29, affrontera le Tunisien Malek Jaziri, tombeur de Mikhail Youzhny. Avant un éventuel troisième tour face à Nadal.

Simon et Paire au rendez-vous. Gilles Simon, 65ème mondial, a lui aussi réussi ses débuts à Roland en écartant le Géorgien Nikoloz Basilashvili (77ème) en quatre sets (6-4, 6-0, 6-7[4], 6-4), deux jours après sa finale au tournoi de Lyon, perdu face à Dominic Thiem. Au prochain tour, il se frottera néanmoins à un gros morceau : l'Américain Sam Querrey (15ème mondial). Pour Benoît Paire (51ème), vainqueur de l'Espagnol Roberto Carballes en quatre sets (6-3, 6-7[3], 7-6[9], 6-1), ce sera l'ex-numéro 4 Kei Nishikori, aujourd'hui 21ème. Le Français, blond platine, devra néanmoins gommer ses erreurs de lundi, où il a alterné le bon et le moins bon (58 coups gagnants, 75 fautes directes).

Parmentier bat Paquet et retrouve Cornet. Chez les filles, Pauline Parmentier a finalement eu raison de sa jeune compatriote Chloé Paquet, en deux jours et trois sets (3-6, 7-6[4], 6-2). Au second tour, la Nordiste de 32 ans aura encore affaire à une joueuse tricolore : Alizé Cornet (33ème), qui s'est qualifiée dimanche.

Pas de surprise pour les petits Bleus. En revanche, la Française Océane Dodin, 139ème mondiale, n'a pas réussi à surprendre la Britannique Heather Watson (80ème). Trois petits jeux et puis s'en va (6-3, 6-0). Même sort pour Jessika Ponchet, qui bénéficiait d'une invitation et qui n'a pas résisté à Lucie Safarova (6-4, 6-1), et pour Calvin Hemery, lui aussi invité et lui aussi dépassé face à l'Argentin Diego Schwartzman (1-6, 3-6, 1-6).

Les principaux résultats :

Guillermo García-López (ESP) bat Stan Wawrinka (SUI/N.23) : 6-2, 3-6, 4-6, 7-6[5], 6-3

Jaume Munar (ESP) bat David Ferrer (ESP) : 3-6, 3-6, 7-6[3], 7-6[4], 7-5

Richard Gasquet (FRA/N.29) bat Andreas Seppi (ITA) : 6-0, 6-2, 6-2

Gilles Simon (FRA) bat Nikoloz Basilashvili (GEO) : 6-4, 6-0, 6-7[4], 6-4

Benoît Paire (FRA) bat Roberto Carballés (ESP) : 6-3, 6-7[3], 7-6[9], 6-1

Dominic Thiem (AUT/N.7) bat Ilya Ivashka (BLR) : 6-2, 6-4, 6-1

Novak Djokovic (SER/N.20) bat Rogério Dutra Silva (BRE) : 6-3, 6-4, 6-4

Diego Schwartzman (ARG/N.11) bat Calvin Hemery (FRA) : 6-1, 6-3, 6-1

Marco Trungelliti (ARG) bat Bernard Tomic (AUS) 6-4, 5-7, 6-4, 6-4

Andrea Petkovic (ALL) bat Kristina Mladenovic (FRA/N.29) : 7-6[10], 6-2

Pauline Parmentier (FRA) bat Chloé Paquet (FRA) :3-6, 7-6[4], 6-2

Heather Watson (GBR) bat Océane Dodin (FRA) : 6-3, 6-0

Lucie Safarova (RUS) bat Jessika Ponchet (FRA) : 6-4, 6-1

Katerina Siniaková (RTC) bat Victoria Azarenka (BLR) : 7-5, 7-5

Petra Kvitová (RTC/N.8) bat Verónica Cepede (PAR) : 3-6, 6-1, 7-5