Roland-Garros : Roger Federer, l'attraction n°1

  • A
  • A
Roger Federer avait atteint les quarts de finale au Masters 1000 de Rome avant de déclarer forfait.
Roger Federer avait atteint les quarts de finale au Masters 1000 de Rome avant de déclarer forfait. © Tiziana FABI / AFP
Partagez sur :
Le Suisse, qui n'était plus apparu à Roland-Garros depuis 2015, effectue son grand retour sur les courts de la porte d'Auteuil. Avec une ambition mesurée.

"Je ne pouvais pas ne plus jouer Roland et finir sur le match contre Stan (Wawrinka, défaite en trois sets en quarts de finale lors de l'édition 2015) sur le Lenglen." Dans un long entretien publié jeudi dans L'Équipe, Roger Federer revient sur sa décision de revenir à Roland-Garros cette année, après trois ans loin des courts de la porte d'Auteuil. Forfait en raison d'une blessure au dos en 2016, Federer, vainqueur du tournoi il y a tout juste dix ans, en 2009 (son seul succès à ce jour), avait ensuite zappé la saison sur terre battue en 2017, après une opération au genou gauche, puis en 2018, avec l'ambition de préparer au mieux Wimbledon. Mais le Suisse, vainqueur de 20 titres du Grand Chelem (un record), a décidé cette année de se "faire plaisir".

Quatre victoires en deux tournois de préparation

Le 7 mai dernier, "Rodgeur" a effectué son retour à la compétition sur terre battue avec une victoire probante face à Richard Gasquet (6-2, 6-3). Il a ensuite pris le dessus sur un autre Français, Gaël Monfils, après un match acharné (6-0, 4-6fL', 7-6[3]) avant de céder en quarts de finale face à l'Autrichien Dominic Thiem après avoir eu deux balles de match (3-6, 7-6[11], 6-4). À Rome, c'est lui qui en a sauvé deux pour venir à bout du Croate Borna Coric (2-6, 6-4, 7-6[7]), quelques heures seulement après avoir éliminé le Portugais Joao Sousa. Après cette journée à deux matches, Federer, blessé à la jambe droite, avait préféré déclarer forfait avant son quart de finale face au Grec Stefanos Tsitsipas, qui l'avait battu en demi-finales du dernier Open d'Australie. Magie du tirage au sort, Federer-Tsitsipas, cela pourrait être aussi, si la logique est respectée, l'une des affiches des quarts de finale de ce Roland-Garros 2019…

Cinq matches, quatre victoires, une défaite, un forfait. Quel bilan tirer de la préparation du Suisse ? Il n'a eu qu'un seul match facile, face à Gasquet, et a dû s'employer lors des quatre autres. Assurément, Federer, qui fêtera ses 38 ans en août prochain, n'a pas (ou plus) de marge face à certains adveraires sur terre battue. Avant de retrouver éventuellement Tsitsipas en quarts de finale, "Rodgeur" va devoir franchir quatre tours, ce qui ne serait pas déjà une mince affaire. Dès le premier, dimanche, il va devoir négocier un match piège, contre le jeune Italien Lorenzo Sonego, 24 ans et 72ème mondial, inattendu quart de finaliste lors du premier Masters 1000 de la saison sur terre battue, à Monte-Carlo, où il avait notamment battu son compatriote italien Andreas Seepi et le Russe Karen Khachanov. Si Federer passe cet écueil puis les deux suivants, il retrouverait en huitièmes le redoutable Argentin Diego Schwartzman, qu'il connaît bien puisque c'est avec lui qu'il a tapé ses premières balles sur le central de Roland-Garros, mardi… "Si je pouvais déjà faire quatre matches et rester deux semaines à Paris, ce serait cool", a admis "Fed" dans L'Équipe.

Cinq finales, dont quatre perdues face à Nadal

D'autres sont plus optimistes, à l'instar de Guy Forget. "S'il arrive à passer les premiers tours du tournoi sans laisser trop de plumes, je pense qu'on peut le retrouver très facilement dans le dernier carré", a estimé le directeur du tournoi, qui avait reconnu sur Europe 1 qu'il y aurait un "manque" quand Federer prendrait sa retraite. Dans le dernier carré, cela signifierait probablement des retrouvailles face à… Rafael Nadal, si le Majorquin, redevenu grand favori du tournoi après sa victoire au Masters 1000 de Rome, négocie bien ses premiers tours. Federer-Nadal, c'est un duel qui a marqué l'histoire du tennis, mais aussi plus spécifiquement le tournoi de Roland-Garros. Ils s'y sont affrontés à cinq reprises, dont quatre fois en finale (2006, 2007, 2008 et 2011). À chaque fois, Federer s'est incliné, sans jamais réussir à faire mieux que de prendre un set à son rival, sacré onze fois porte d'Auteuil…

"Roger est aussi un des meilleurs joueurs de l'histoire de l'histoire sur terre battue", a plaidé Dominic Thiem, qui fut la victime de Nadal l'an dernier en finale. "La seule chose qui l'a stoppé tellement de fois, c'est Rafa. Probablement que si Rafa n'avait pas été là, il aurait gagné cinq ou six fois Roland-Garros." Reste que, sur ses 101 titres en tournois, Federer n'en a gagné que onze sur ocre et que son taux de victoires sur cette surface n'est "que" de 76%, alors qu'il est de plus de 80% sur les autres. Pourtant, au moment des premiers coups de raquette, dimanche, sur le court Philippe-Chatrier, contre l'Italien Sonego, il ne sera pas question de trophées ou de statistiques. Mais simplement de la joie de revoir à Paris, au printemps, celui qui est considéré comme le plus grand joueur de tous les temps…

Roger Federer sera l'invité exceptionnel de Bernard Poirette, dimanche matin, à 8h15, sur Europe 1.