Raymond Domenech : "quand on a gagné les deux premiers matches, c'est pour faire tourner"

, modifié à
  • A
  • A
Pour notre consultant, le choix de faire tourner l'effectif pour le dernier match de poule des Bleus dépendra notamment de leur adversaire en huitièmes de finale. 0:38
Pour notre consultant, le choix de faire tourner l'effectif pour le dernier match de poule des Bleus dépendra notamment de leur adversaire en huitièmes de finale. © Europe1/AFP
Partagez sur :
Pour l'ancien sélectionneur des Bleus, consultant d'Europe 1, Didier Deschamps devrait "normalement" faire tourner son effectif pour le dernier match de poule des Bleus. Sauf si... 
L'AVIS DE

L'essentiel est assuré pour l'équipe de France de football : après leur victoire face au Pérou (1-0) jeudi après-midi, les Bleus sont d'ores et déjà qualifiés pour les huitièmes de finale du Mondial russe, sans attendre leur troisième match de poule contre le Danemark. Libéré d'une certaine pression, Didier Deschamps pourrait donc choisir de préserver certains joueurs et d'en tester d'autres en faisant tourner son effectif, mardi prochain. "Normalement, quand on a gagné les deux premiers matches, c'est pour faire tourner", analyse sur Europe 1 l'ancien sélectionneur et consultant Raymond Domenech

L'expérience de 2014. "Mais il peut y avoir aussi beaucoup trop d'écart entre les deux matches", souligne l'ex-entraîneur. "Didier a une expérience, qui lui est arrivée une fois. En Coupe du monde, quand ils sont revenus et qu'ils avaient eu dix jours de repos, ils n'étaient pas dans le rythme du match." Une référence à la dernière rencontre de poule des Bleus face à l'Équateur en 2014 (0-0), lors duquel Didier Deschamps avait aligné un effectif "bis", quelques jours avant un huitième de finale poussif mais finalement remporté face au Nigeria (2-0). 

En fonction de l'adversaire ? "On se pose la question des fois : 'est-ce qu'il vaut mieux faire tourner ou continuer à garder un rythme avec la plupart des joueurs ?'", interroge alors Raymond Domenech. "On verra. Après, il y a aussi le fait de savoir contre qui on va jouer : mardi, on saura qui va être premier et deuxième de l'autre groupe (celui de l'Argentine, la Croatie, le Nigeria et l'Islande, ndlr)... On peut peut-être se demander ce qui est mieux et jouer le coup en fonction de ça", glisse l'ancien sélectionneur. Interrogé jeudi soir, Didier Deschamps a lui assuré que la France jouerait pour "la première place" de son groupe quoi qu'il arrive, sans calcul tactique. 

Europe 1
Par Europe1.fr