PSG : Tuchel assure ne pas être "en colère" contre Mbappé après son geste d'humeur

  • A
  • A
"L'explication de texte" entre Thomas Tuchel et Kylian Mbappé s'est faite sous l’œil des caméras.
"L'explication de texte" entre Thomas Tuchel et Kylian Mbappé s'est faite sous l’œil des caméras. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
En conférence de presse, l'entraîneur parisien est revenu sur le remplacement houleux de Kylian Mbappé, 20 minutes avant le coup de sifflet final d'un PSG-Montpellier largement dominé par le club de la capitale, samedi. Il assure qu'il n'y a aucun problème avec le numéro 7, et que c'est une chose "qui arrive". 

Il joue l'apaisement. L'entraîneur du PSG Thomas Tuchel est revenu lundi en conférence de presse sur le geste d'humeur de Kylian Mbappé, agacé d'avoir été remplacé lors du succès contre Montpellier (5-0) samedi, une chose "qui arrive" dans une saison.

"Je dois prendre des décisions"

"C'est mon métier et je dois prendre des décisions", a commenté l'ancien footballeur allemand. "Je ne suis pas en colère [contre Mbappé], il y a des moments où la relation entraîneur-joueur est plus facile, et d'autres où l'on n'a pas le même avis, c'est absolument normal", a-t-il ajouté au micro d'Europe 1.

"Je sais que c'est dur à accepter pour quelques joueurs, mais ce sont des choses sportives, qu'ils peuvent comprendre."

Autre événement extrasportif du week-end, l'anniversaire de la superstar Neymar, fêté dans un club branché de la capitale dimanche soir, sans Mbappé. "Je protège toujours mes joueurs, j'adore ce groupe. Avec cette fête, j'accepte que c'est un peu difficile de les protéger, mais le contexte ne se limite pas à 'noir ou blanc'. Ce n'est pas la meilleure façon de préparer un match, mais ce n'est pas la pire chose qui peut nous arriver non plus. C'est dommage, car on donne des choses pour que l'on parle mal de nous. On doit s'adapter, mais je ne vais pas laisser un joueur sur le banc parce qu'il a pris part à une fête", a expliqué Tuchel.

Europe 1
Par Julien Froment, édité par Ugo Pascolo avec AFP