NBA : Où va jouer LeBron James la saison prochaine ?

, modifié à
  • A
  • A
© JASON MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Après une cuisante défaite face au rival de San Francisco en finale des playoffs, James voit une nouvelle fois le titre de champion de la NBA lui échapper. Alors que son contrat avec Cleveland touche à sa fin, "King James" pourrait donc bien partir à la recherche d'un nouveau défi.

Le roi s'apprête-t-il à quitter (une nouvelle fois) son royaume ? C'est la question sur toutes les lèvres après la victoire sans appel des Golden State Warriors de San Francisco sur les Cavaliers de Cleveland. Pour la troisième fois en seulement quatre ans, les hommes emmenés par Stephen Curry se sont montrés supérieurs à l'écurie de LeBron "King" James. Alors que son contrat arrive à expiration, le taulier de Cleveland a-t-il joué son dernier match sous ses premières couleurs en NBA ? 

Un nouvel adieu à Cleveland ? "Je ne sais absolument pas. Au moment où je vous parle (...), je n'ai pas la réponse", a répondu le numéro 23 lors de la conférence de presse d'après match. Une réponse honnête à double tranchant pour les fans de la franchise, qui sont restés sur leur faim après cette déclaration. Et une phrase qui a également intéressé les équipes dirigeantes de Houston, de Philadelphie ou encore des Los Angeles Lakers qui rêvent de lui faire porter leur maillot.

Dans tous les cas, la décision du King s'appuiera en partie sur le consentement de sa famille : "Mes garçons [qui ont 13 et 10 ans, ndlr] étaient beaucoup plus jeunes la dernière fois, il y a quatre ans, [pour son retour à Cleveland en 2014, ndlr], il faut que je comprenne où ils en sont. (...) Ma famille a une grande part dans ma carrière, dans ce que je vais décider, et cela continuera", a-t-il insisté. 

"King James" semble également être réticent à l'idée de repartir de zéro une troisième fois, comme il a dû le faire lors de son départ pour Miami en 2010 et lors de son retour au bercail en 2014. "Ce n'est certainement pas la situation la plus confortable, pour que cela marche, il faut avoir la chance que tout le monde soit en bonne santé, pour construire cette entente et camaraderie sur le parquet", a-t-il expliqué, reconnaissant toutefois que la situation "a ses avantages et ses inconvénients".

Rockets, 76ers, Lakers ? A 33 ans, avec 15 saisons à son actif, le prodige, comparé sans cesse au mythique Michaël Jordan, n'a que trois titres NBA à son actif en six phases finales de play off, contre six pour "MJ" en... six finales. Un sans faute que James n'aura jamais l'occasion d’effleurer. Malgré une flopée de records, une myriade de récompenses - dont quatre titres de MVP - LeBron James a faim de titres, et peu de temps pour enfiler le plus de bagues de champion NBA possible à ses doigts. Un état d'esprit qui, en cas de transfert, peut faire pencher la balance vers les Houston Rockets. L'équipe de son grand ami Chris Paul ayant réussi à faire trembler la main de Stephen Curry, l'homme fort de Golden State, pendant la finale de la Conférence Ouest, avant de s'incliner par quatre matchs à trois.

Les Rockets sont taillés pour régner en maître sur la NBA et James pourrait bien être le "facteur X" permettant cette réussite. A contrario, son envie de titres devrait l'éloigner des Lakers de Los Angeles : même si l'équipe détient le record de 31 participations en finale du championnat et 16 titres, elle n'a plus mis un pied en playoff depuis 2013. Sans compter que l'absence de Kobe Bryant, à la retraite en 2016, se fait encore sentir sur le parquet du Staples Center. 

Une retraite ? 

Serait-ce le crime de lèse-majesté de trop pour "King James" ? Le leader des "Cavs" a prévenu lors de la conférence de presse qu'il restera dans le basket "pour le reste de (sa) vie", comme propriétaire d'équipe, conseiller ou agent, sans donner de date pour sa retraite sportive. "J'ai deux garçons qui jouent au basket, je ne peux pas prédire l'avenir en ce qui concerne la question de devenir propriétaire d'équipe", a-t-il fait remarquer. "J'ai une grande connaissance du basket, je sais reconnaître le talent", a-t-il ajouté.

Sixième sportif le mieux payé de la planète en 2018 selon le magazine Forbes, LeBron James semble aussi à l'aise sur les parquets que dans un costume d'investisseur. Il est à la tête d'un véritable empire dans la restauration, la production télé et le cinéma. Sans oublier qu'il possède 2% du club de Liverpool qui sont estimés à 32 millions de dollars. S'il est encore difficile de prévoir quel maillot va porter James pour la prochaine saison, on risque encore de le voir sur le parquet et sur le bord du terrain encore quelques années.