Ligue 1 - PSG-Lyon : Lopes-Mbappé, Neymar-Fekir... les duels à suivre

, modifié à
  • A
  • A
Nabil Fekir et Neymar seront deux des principales attractions de PSG-Lyon.
Nabil Fekir et Neymar seront deux des principales attractions de PSG-Lyon. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Les Parisiens, larges leaders avec 8 victoires en 8 matches, peuvent battre un record s'ils s'imposent face à Lyon. Mais l'OL, redoutable contre les gros, a les moyens de briser la série parisienne. 
ON DÉCRYPTE

Le PSG veut poursuivre sa folle série. Les Parisiens, intouchables leaders de Ligue 1 avec 8 succès en 8 matches (24 points), peuvent battre le record de victoires en début de saison s'ils s'imposent face à Lyon, dimanche lors du choc de la 9ème journée.

Les Lyonnais, sur courant alternatif en championnat (5e avec 14 pts), ont pourtant les moyens de briser la belle série parisienne. L'OL l'a prouvé cette saison, avec ses victoires de prestige à Manchester City en Ligue des champions et face à l'OM en Ligue 1. Mais pour réaliser l'exploit au Parc des Princes, les Gones devront sortir le grand jeu. Passage en revue des principaux points chauds de ce PSG-Lyon très attendu. 

  • Lopes-Mbappé, retrouvailles piquantes

La dernière fois que Paris et Lyon s'étaient affrontés, fin janvier en championnat, l'OL avait gagné 2-1 et le chouchou du foot français, Kylian Mbappé, était sorti sur civière. Pas encore champion du monde, le Parisien de 19 ans avait dû quitter ses partenaires dès la 35e minute du match, à la suite d'une sortie violente du gardien lyonnais Anthony Lopes.

"Sans rancune, Anthony Lopes", avait plus tard réagi sur Twitter Mbappé, alors que le portier s'était dit "désolé" à la fin de la rencontre. Interrogé sur l'épisode en septembre dernier, Lopes avait expliqué dans l'Equipe : "Mon jeu est basé sur l'agressivité. Je n'ai pas une envergure exceptionnelle et si je subis, je deviens un gardien lambda. Je ne vais pas changer mon jeu pour plaire à certains." A bon entendeur...

Le choc Lopes-Mbappé la saison dernière : 

  • Neymar-Fekir, les métronomes

Difficile de comparer Neymar, superstar mondiale à 26 ans, et Nabil Fekir, un an de moins, formé à Lyon et freiné dans sa progression par une grave blessure au genou en septembre 2015. Pourtant, les deux sont des éléments clés de leur équipe respective, maître à jouer et leader technique. Fekir, dont le transfert à Liverpool a échoué cet été à l'issue de la visite médicale, est même capitaine de l'Olympique lyonnais. Et lors du précédent match entre Lyon et Paris, il avait brillé avec un but sur coup franc et une passe décisive pour Memphis Depay.

Neymar était absent ce soir-là, et vu son niveau de forme mercredi contre l'Etoile rouge de Belgrade (triplé, score final 6-1), il pourrait rappeler dimanche à Fekir qui des deux est la star mondiale... A moins que ce ne soit le Lyonnais qui rappelle qui des deux est champion du monde.

  • Ndombélé-Rabiot, trajectoires contraires

L'un vient d'être appelé en équipe de France, parce que l'autre s'en est exclu : Adrien Rabiot, 23 ans, avait commis une "grosse bêtise" en écrivant à son sélectionneur Didier Deschamps qu'il refusait de se tenir en réserve pour le Mondial 2018. "Ce n'est pas quelque chose d'anodin, je ne veux pas non plus accentuer dans la gravité, mais dans ma vision de ce que représente l'équipe de France et le maillot bleu blanc rouge, ça n'a pas de sens de le rappeler", a tancé 'DD' jeudi, "sans pour autant prendre une position radicale" ni définitive.

En attendant un retour en grâce du gros caractère parisien, c'est le Lyonnais Tanguy Ndombélé, 21 ans, qui profite de la blessure du champion du monde Corentin Tolisso pour être appelé pour la première fois de sa carrière en équipe de France. L'ancien Amiénois "a une faculté de casser les lignes par la passe ou dans son orientation, ses prises de balle", s'est félicité son entraîneur Bruno Génésio, qui espère qu'il va commencer à "marquer des buts" pour franchir un autre palier. Un an plus tôt, il avait fait trembler la transversale du PSG d'une frappe supersonique, lors de la défaite étriquée de son équipe au Parc des Princes (2-0).

  • Denayer-Kimpembe, jeunes incontournables

Jeunes et ambitieux, souvent précieux : Jason Denayer et Presnel Kimpembe sont chacun dans leur catégorie en train de s'imposer dans un secteur, la charnière centrale, très exigeant et habituellement laissé à des joueurs plus expérimentés. A Lyon, l'international belge de 23 ans, arrivé dans le scepticisme cet été, a contribué à solidifier une arrière-garde trop poreuse la saison précédente. "Il va vite et il a un charisme naturel. Sa qualité de relance est intéressante. Il apporte beaucoup de choses. Pour nous, il est un élément très important et on est très content d'avoir fait ce recrutement", salue Bruno Génésio, "surpris par l'ampleur qu'il a dans le groupe".

Quant au "maestro Kimpembe", il est déjà champion du monde et mercredi en Ligue des champions, c'est lui et pas le Brésilien Marquinhos que Thomas Tuchel avait titularisé en défense. Aussi solide et serein sur le terrain que fantasque et vibrionnant sur les réseaux sociaux, il fait partie des petits préférés du Parc des Princes.