Ligue 1: la Ligue valide un prêt garanti par l'Etat compensant les droits TV

, modifié à
  • A
  • A
L'arrêt du championnat de France entraîne une perte de plus de 200 millions d'euros de droits TV pour les clubs. 1:29
L'arrêt du championnat de France entraîne une perte de plus de 200 millions d'euros de droits TV pour les clubs. © PASCAL PAVANI / AFP
Partagez sur :
La Ligue de foot professionnel (LFP) va souscrire un prêt de plus de 200 millions d'euros pour aider les clubs de Ligue 1, pénalisés par l'arrêt définitif du championnat en raison du coronavirus. Cette somme correspond au manque à gagner lié aux droits TV. 

La Ligue de football professionnel (LFP) a annoncé lundi avoir entériné la souscription d'un prêt garanti par l'Etat français pour compenser le manque à gagner des droits TV après l'arrêt définitif du championnat à cause du coronavirus. Son montant est estimé par plusieurs sources à 225 millions d'euros. Réunis en assemblée générale dans l'après-midi, les 40 clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 ont "adopté une résolution permettant à la LFP de contracter auprès de son établissement bancaire un prêt garanti par l'Etat (PGE)", a annoncé la LFP dans un communiqué.

Le montant de ce prêt, qui correspond aux droits télévisés non versés en raison de l'arrêt du championnat, est de 224,5 millions d'euros, a-t-on appris de source proche du dossier, confirmant les chiffres avancés par le quotidien L'Equipe. "Grâce à ce prêt, la LFP sera en mesure de verser aux clubs de Ligue 1 et Ligue 2 l'ensemble des sommes encore à percevoir au titre des droits audiovisuels pour la saison 2019-2020", assure la LFP.

L'arrêt du championnat met les clubs en difficulté financière 

Avec l'arrêt définitif du championnat, prononcé jeudi, tous les versements de droits télévisés attendus d'ici la fin de saison n'atterriront en effet pas dans les caisses des clubs, privés de matches pendant au moins quatre mois d'ici à la fin juillet. Le dispositif de prêt garanti par l'Etat (PGE), mis en place fin mars par le gouvernement, permet aux entreprises en difficulté en raison de l'épidémie de coronavirus de souscrire un prêt avec la garantie qu'en cas de non-remboursement, l'État prendra à sa charge la majeure partie du reste du crédit à rembourser. Celui-ci s'est engagé à garantir jusqu'à 300  milliards d'euros de prêts.

Plusieurs clubs, qui appliquent par ailleurs le dispositif d'activité partielle depuis le début de la crise, ont déjà procédé individuellement à la souscription de prêts garantis par l'Etat.