Ligue 1 : Canal+ et beIN Sports boycottent l'appel d'offres pour les droits TV

, modifié à
  • A
  • A
Ligue 1, football 1:23
Canal+ n'a pas participé à l'appel d'offres de la Ligue de football professionnelle (LFP) qui s'est tenu lundi matin. © AFP
Partagez sur :
D'après les informations du quotidien spécialisé "L'Equipe", confirmées par Europe 1, Canal+ n'a pas participé à l'appel d'offres de la Ligue de football professionnelle (LFP) qui s'est tenu lundi matin. La chaîne beIN Sports a adopté une position similaire, plaçant la LFP dans une position délicate.

"Canal+ est là pour aider les clubs." Voilà ce qu'affirmait sur Europe 1 lundi en milieu de matinée Gérald-Brice Viret, directeur général des antennes et des programmes du groupe. Pourtant, moins de deux heures plus tard, d'après une information du quotidien L'Equipe confirmée par Europe 1, il s'avère que le groupe dirigé par Maxime Saada n'a pas participé à l'appel d'offres de la LFP des droits TV de 80% des matches de Ligue 1 et de Ligue 2. La chaîne beIN Sports était également absente de cet appel d'offres. 

Une tornade pour le monde du football français

Malgré son objectif annoncé par la voix de Gérald-Brice Viret sur notre antenne de "trouver le bon prix" avec la LFP, Canal+ a tout simplement boycotté l'événement, condamnant la LFP à être engluée dans une situation très délicate. "Les clubs sont en manque criant de trésorerie", rappelait au lever du jour sur Europe 1 Christophe Lepetit, économiste du sport au CDES de Limoges. Ils n’encaissent pas de recettes de jour de match depuis le début de la saison, et depuis les derniers paiements de Mediapro, ils n’ont quasiment pas encaissé de droit TV. Il y a donc un besoin urgent, sous peine de se retrouver en cessation de paiement."

Si trois ou quatre dossiers ont bien été déposés par d'autres candidats pour acquérir les droits des matchs abandonnés par Mediapro, la défection de Canal+ est une véritable tornade pour le monde du football français. D'autant que la Ligue elle-même est dans l’urgence car elle a emprunté 112 millions d’euros en octobre dernier auprès de la banque JP Morgan pour compenser le défaut de paiement de Mediapro. Si au 5 février, Canal+ ne paie pas sa traite - comme le président du directeur Maxime Saada l’a sous-entendu dans les colonnes du Figaro -, alors la LFP pourrait se retrouver dans l’incapacité de rembourser le prêt qu’elle a contracté.

Plusieurs jours avant un successeur ? 

Désormais, les dirigeants de la LFP doivent décortiquer les dossiers déposés ce matin au siège de la Ligue. Vers 18 heures, le président Vincent Labrune doit présenter les premiers résultats de l'appel d'offres à son son conseil d'administration. Mais avec la bombe Canal+, et l'absence de beIN Sports pour la Ligue 1 et la Ligue 2, il pourrait s'écouler plusieurs jours avant de connaître le ou les successeurs de Mediapro. 

Europe 1
Par Ugo Pascolo, Cyrille de la Morinerie