Les Bleuets qualifiés pour l'Euro 2019 : Noël Le Graët tire "un coup de chapeau" au sélectionneur

, modifié à
  • A
  • A
"Il a très bien travaillé. Il a donné un style à cette équipe, qui n’est pas facile tout le temps" a reconnu Noël Le Graët à l'égard du sélectionneur des Espoirs.
"Il a très bien travaillé. Il a donné un style à cette équipe, qui n’est pas facile tout le temps" a reconnu Noël Le Graët à l'égard du sélectionneur des Espoirs. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Au micro d'Europe 1, le président de la FFF a tenu à rendre hommage au travail de Sylvain Ripoll, vendredi, après la qualification des Bleuets pour l'Euro 2019.

Douze ans, que ce fut long ! Pour la première fois depuis 2006, l'équipe de France espoirs a décroché vendredi son ticket pour le prochain Euro des moins de 21 ans, prévu en juin 2019 en Italie et à Saint-Marin. Selon le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, le sélectionneur Sylvain Ripoll, arrivé à la tête de l'équipe en mai 2017, est bien le principal artisan de cette qualification. "Il faut lui tirer un coup de chapeau, c’est une équipe pas facile à diriger", a-t-il souligné au micro d'Europe 1.

"Il a créé un esprit". "Il a très bien travaillé. Il a donné un style à cette équipe, qui n’est pas facile tout le temps, car nos jeunes ont envie d’aller très, très vite… Il a créé un esprit qui a permis à ce groupe de franchir tous les écueils", a justifié le président de la FFF, non sans faire allusion à l'absence controversée de l'ancien attaquant du PSG Jean-Kévin Augustin.

"On n'est pas très content" d'Augustin. "Je suis très content car là, tous les joueurs jouent le jeu, hormis Jean-Kévin Augustin dont on n’est pas très content", a d'ailleurs glissé Noël Le Graët, qui a toutefois préféré souligner le positif. "On a une génération très forte techniquement et qui apprécie le maillot bleu. (...) J’ai vu la plupart des matches et même quand ils étaient menés, ils sont toujours revenus, ils ont toujours eu un esprit conquérant, combatif". 

"France espoirs, c'est un laboratoire". Voilà donc l'anomalie réparée, après douze ans de désillusions et de dérapages. Et Noël Le Graët de déclarer, en guise de rappel : "L'équipe de France espoirs, c'est un laboratoire. (…) Les joueurs se rendent compte que pour atteindre la A, il faut passer par une bonne carrière en Espoirs". 

Europe 1
Par Julien Froment et Thibauld Mathieu