JO 2018 : une patineuse russe dorée, le skicross français éploré

, modifié à
  • A
  • A
L'adolescente russe Alina Zagitova a offert son premier titre à la Russie sous bannière olympique, tandis que les Bleues du skicross n'ont pu faire mieux qu'une cinquième place. © Montage AFP
Partagez sur :

La patineuse Alina Zagitova, 15 ans, a offert sa première médaille d'or à la Russie sous bannière olympique. La Française Alizée Baron, cinquième sur le skicross, n'a quant à elle pu contenir ses larmes.

LA NUIT DES JEUX

Il y a quatre ans, chez elle à Sotchi, la Russie avait dominé les Jeux en remportant onze médailles d'or. Un scandale de dopage généralisé plus tard, et tout ou presque a fichu le camp. À Pyeongchang, il a ainsi fallu attendre l'avant-dernière journée des JO pour voir une athlète russe - sous bannière olympique - remporter un titre. Prévisible, tant les patineuses Alina Zagitova, 15 ans, et Evgenia Medvedeva, 18 ans, avaient dominé le programme court. Exceptionnel de qualité, l'affrontement a finalement tourné à l'avantage de la plus jeune vendredi. Le skicross français, lui, n'a pas connu pareil enchantement. Après la désillusion chez les hommes mercredi, Alizée Baron n'a pu décrocher qu'une cinquième place chez les femmes. Éliminée en demi-finales, la skieuse n'a pu retenir ses larmes dans l'aire d'arrivée.

Elles ont fait chauffer la glace. C'était le duel le plus attendu de cette quatorzième journée des Jeux. Alina Zagitova, 15 ans, face à Evgenia Medvedeva, 18 ans. Deux Russes et une ambition : devenir la meilleure patineuse du monde. Mercredi, le premier acte avait tourné en faveur de la première, battant sur son programme court le record du monde tout juste établi par sa compatriote. Sur le programme libre, les deux jeunes femmes ont rivalisé de perfection. Medvedeva sur le thème d'Anna Karénine. Zagitova, sur la musique du ballet Don Quichotte. À tel point qu'elles ont obtenu la même note (156,65) sur cette seconde manche. Double championne du monde qu'elle est, Medvedeva n'a donc rien pu faire de plus pour empêcher Zagitova de devenir, à 15 ans et 281 jours, la deuxième plus jeune championne olympique de l'histoire des Jeux d'hiver, derrière une autre patineuse, l'Américaine Tara Lipinski, sacrée à 15 ans et 255 jours en 1998 à Nagano.

L'adolescente russe, créditée de 239,57 points au total (contre 238,26 pour Medvedeva), offre donc sa première médaille d'or à la Russie sous bannière olympique. "Je ne pensais même pas que je participerai à ces Jeux olympiques", avait-elle déjà soufflé à l'issue du programme court. "Si quelqu'un m'avait dit ça il y a deux, trois ans, ou même un an, j'aurais été très surprise." Lors de la remise de médaille, qu'elle ne soit pas surprise : c'est bien l'hymne olympique qui sera joué au moment où sera hissé le drapeau aux cinq anneaux. Si le CIO venait à lever la suspension russe samedi, le drapeau national pourrait cependant flotter pour la cérémonie de clôture, dimanche.

La Canadienne Kaetlyn Osmond, vice-championne du monde en titre, complète le podium avec 231,02 points. Vu le niveau affiché par les deux Russes, elle s'en contentera aisément.

Côté français, Maé-Bérénice Méité, dixième à Sotchi, n'a pas pu rééditer une telle performance en Corée. La Française, 22ème du programme court, n'a pas été en réussite sur le programme libre, lors duquel elle a même chuté. La quadruple championne de France finit ainsi à la 19ème place, avec 159,92 points, un total bien inférieur à ses 174,53 obtenus en 2014.

 

Coup de froid pour les Bleues du skicross. À Pyeongchang, les journées se suivent et se ressemblent pour le skicross français. Malheureusement. Après la terrible blessure d'Ophélie David lundi, l'énorme désillusion de Jean-Frédéric Chapuis et sa bande mercredi, les derniers espoirs de médaille bleue ont volé en éclats vendredi, dans l'épreuve féminine. Marielle Berger Sabbatel, trois podiums cet hiver dont une deuxième place lors de la dernière épreuve de Coupe du monde, a d'abord été éliminée en quarts de finale. Alizée Baron, sixième des qualifications la veille, s'est pour sa part hissée en demies. Une course à sa portée… Sauf que la Française est sortie du tracé en essayant de doubler par l'intérieur, une faute synonyme de disqualification.

En pleurs dans l'aire d'arrivée, la skieuse d'Orcières Merlette, 25 ans, a néanmoins su se ressaisir pour remporter la petite finale et se classer cinquième de l'épreuve. Mine de rien, le meilleur score du skicross français dans ces JO. "C'est dur parce qu'aujourd'hui, je pense que j'avais vraiment le ski pour aller jouer devant. Il manque tellement peu pour que ça passe en finale... Maintenant il faut avaler, il y a tellement de belles années devant nous encore", a-t-elle tenté de relativiser au micro de France Télévisions.

Comme chez les hommes, la compétition a finalement été dominée par le Canada, avec Kelsey Serwa en or et Brittany Phelan en argent, la Suissesse Fanny Smith obtenant le bronze. Grâce à ces deux nouvelles médailles, le pays à la feuille d'érable porte son total à 26 breloques, égalant ainsi son record acquis à Vancouver, en 2010.

 

 

Le programme du reste de la journée :

(7h35) Curling : match pour la 3e place messieurs

(8h40) Hockey sur glace : demi-finale 1 messieurs, République tchèque-Athlètes olympiques de Russie

(11h) Patinage de vitesse : 1.000 m messieurs

(12h) Curling : demi-finales dames

(12h15) Biathlon : relais messieurs (4 x 7,5 km) avec, dans l'ordre : Simon Desthieux, Emilien Jacquelin, Martin Fourcade et Antonin Guigonnat

(13h10) Hockey sur glace : demi-finale 2 messieurs, Canada-Allemagne