Guy Forget espère 5.000 spectateurs à Roland-Garros : "Nous sommes sur un site immense !"

, modifié à
  • A
  • A
Guy Forget plaide pour le maintien de la jauge à 5.000 spectateurs. 1:36
Guy Forget plaide pour le maintien de la jauge à 5.000 spectateurs. © Europe 1
Partagez sur :
Après les nouvelles mesures de restriction annoncées mercredi par Olivier Véran, l’accueil de spectateurs à Roland-Garros est en suspens. La jauge fixée à 5.000 pourrait être réduite à 1.000 personnes. Au micro d’Europe 1, Guy Forget, directeur du tournoi, a plaidé pour qu'elle ne soit pas modifiée. Mais il reste suspendu à la décision préfectorale.

Alors que les qualifications du tournoi de Roland-Garros ont commencé en début de semaine, son organisation pourrait être à nouveau chamboulée. Les annonces d’Olivier Véran pour lutter contre la pandémie de coronavirus, mercredi soir, ont ajouté encore un peu plus d’incertitudes. En effet, le ministre de la Santé a expliqué que la jauge de 5.000 spectateurs pour les grands évènements publics serait réduite à 1.000, dans les zones dites d’alerte "renforcée", dont Paris fait partie. Mais cette mesure doit être prise par le préfet. Guy Forget, le directeur du tournoi, a plaidé pour le maintien d'une jauge à 5.000 personnes, jeudi matin sur Europe 1.

La jauge déjà revue deux fois à la baisse

 "Nous sommes sur un site immense, de 12 hectares, en plein air. C’est beaucoup plus sûr d’être à Roland-Garros, avec un masque, en regardant un match de sport, que de prendre le métro, d’aller au supermarché ou dans un amphithéâtre à la fac", a-t-il déclaré.

Au fil des semaines, la jauge du Grand Chelem parisien a petit à petit baissé, passant de 20.000 spectateurs, à 11.000 et enfin à 5.000. "Nous attendons. Aujourd’hui (jeudi), nous n’avons pas de nouvelles. C’est extrêmement frustrant pour nous", a confié Guy Forget qui indique que plus de 700 joueurs sont déjà arrivés sur place. Les qualifications ont également déjà commencé, dans une ambiance plombée par le Covid-19.

Pour les joueurs, les règles sont très strictes : ils sont soumis à de nombreux tests, sont écartés lorsqu'ils sont positifs et vivent reclus dans les deux hôtels qui leur sont dédiés.

Europe 1
Par Léa Leostic