En Biélorussie, le handball continue malgré le coronavirus : "La vie est beaucoup plus sereine ici"

  • A
  • A
William Accambray 1:22
William Accambray continue son activité de handballeur, comme si de rien n’était, au Meshkov Brest, club de première division biélorusse. © AFP
Partagez sur :
Le sport mondial est à l'arrêt. Ou presque. Il reste encore quelques irréductibles qui jouent toujours, et même en public ! A 2.500 kilomètres à l'est de la France, la Biélorussie. Là-bas, le championnat de handball continue de se dérouler sans problème. Avec un joueur français, William Accambray, qui témoigne sur Europe 1. 

Dans le car qui le mène à son match du jour, le champion olympique en 2012 et triple champion du monde avec l'équipe de France William Accambray continue son activité de handballeur, comme si de rien n’était, au Meshkov Brest, club de première division biélorusse, malgré l'épidémie de coronavirus. D'ailleurs, au moment de l’entretien, le Français, accompagné de ses partenaires, se rendait à Minks pour y disputer un match de championnat. Les matchs ne sont ni à huis-clos ni annulés, comme c’est le cas à peu près partout dans le monde. Le club de Brest va donc disputer un match, en public, devant des centaines de personnes.

La Biélorussie n'est pas confinée

Car le pays, même s’il a fermé ses frontières, n’est pas confiné. Pour le moment, moins de 30 cas positifs ont été détectés, alors la vie continue. "Les restaurant sont ouverts, les magasins ne sont pas pris d’assaut", explique pour Europe 1 William Accambray. "Quant à nous, on s’entraîne normalement tous les jours et on a nos matches qui sont maintenus. Cela commence à parler d’éventuel report de match ou de fin de saison, mais ce n’est que de la prévoyance (sic), rien n’est encore acté."

En liaison permanente avec une partie de sa famille et ses proches restés en France, le handballeur français n’est pour le moment pas inquiet quant à la situation sanitaire. "La France, l’Espagne ou l’Italie, c’est plus touristique que la Biélorussie, il y a plus de cas (de coronavirus, ndlr). Ici, pour le moment, les gens en parlent beaucoup, tout le monde pense à se désinfecter les mains, il y a beaucoup de personnes avec des masques, mais la vie est beaucoup plus sereine ici."

"Je suis mieux dans mon coin, un peu isolé"

L’ex joueur du Paris Saint-Germain Handball prend d’ailleurs lui aussi des mesures, même s’il ne veut pas tomber dans la psychose. "Je ne suis pas plus inquiet que ça, je me lave souvent les mains, je fais attention aux endroits où je vais, j’essaye d’éviter les salles de fitness, des endroits où il y a des zones de contacts avec beaucoup de machines,  beaucoup d’échanges. J’essaie quand même de restreindre certaines choses."

Mais pas question de revenir en France pour William Accambray. "Je suis salarié de mon club, je dois faire les entraînements et les matches. Et puis ça ne servirait à rien, tout le monde est confiné. Toute ma famille, mes proches sont chez eux. J’ai une vie relativement normale en Biélorussie, je pense que je suis mieux dans mon coin, un peu isolé."

Europe 1
Par Julien Froment