Coupe du Roi : le Barça corrige le Real et disputera une sixième finale de rang

, modifié à
  • A
  • A
Toni Kroos, dépité après la démonstration des Blaugrana au stade Santiago-Bernabeu.
Toni Kroos, dépité après la démonstration des Blaugrana au stade Santiago-Bernabeu. © OSCAR DEL POZO / AFP
Partagez sur :
Grâce à un doublé de Luis Suarez et un but contre son camp de Raphaël Varane, le Barça a largement dominé le Real Madrid (3-0), mercredi soir au stade Santiago-Bernabeu, en demi-finale retour de la Coupe du Roi.

Le clasico et la finale, c'est pour Barcelone ! Avec un doublé de Luis Suarez, le Barça a donné une leçon de réalisme au Real Madrid (3-0), mercredi en demi-finale retour de Coupe du Roi, enfonçant l'éternel rival pour atteindre sa sixième finale d'affilée, un record.

Les Blaugrana en quête d'un quintuplé inédit. C'est cruel pour les Madrilènes, c'est jouissif pour les Catalans : lors de la finale le 25 mai à Séville, le club quadruple tenant du titre briguera un quintuplé inédit contre Valence ou le Betis, qui s'affrontent jeudi dans l'autre demi-finale (aller: 2-2).

Dembélé et Suarez aux anges. Neutralisé à l'aller en Catalogne (1-1), le Barça a pourtant souffert mille morts mercredi au stade Santiago-Bernabeu et n'a dû son salut qu'à la maladresse du jeune attaquant merengue Vinicius et aux parades de son gardien Marc-André ter Stegen. Mais le Real a laissé passer sa chance et en seconde période, son rival blaugrana s'est réveillé : le Français Ousmane Dembélé a offert le premier but à Suarez (50e) et provoqué le second, inscrit contre son camp par son compatriote Raphaël Varane (69e). Et Suarez a clos le score en provoquant un penalty qu'il a transformé d'une panenka (73e).

Nouveau rendez-vous samedi. C'est un score très lourd par rapport au scénario du 241e clasico de l'histoire. Comment le Real pourra-t-il s'en remettre alors que les deux équipes se retrouveront pour leur seconde confrontation de la semaine, samedi soir en Championnat d'Espagne ? Pour l'équipe de Santiago Solari, qui est distancée en Liga et misait gros sur la Coupe du Roi, c'est une douche froide, surtout à domicile. Mais le Barça, en jouant peut-être à contre-emploi et avec un Lionel Messi très discret, a confirmé son surnom de "Roi de la Coupe" et briguera un 31ème trophée record le 25 mai.