Combinaison de Serena Williams : Nadal prend la défense de Roland-Garros

, modifié à
  • A
  • A
nadal williams 1280
"Pourquoi, si Wimbledon a ses propres règles, Roland-Garros ne pourrait pas en avoir ?", estime Rafael Nadal. © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :
Selon le n°1 mondial, étant donné que le tournoi de Wimbledon a instauré ses propres règles vestimentaires, celui de Roland-Garros a le droit de faire de même.

Le n°1 mondial Rafael Nadal a pris lundi la défense des organisateurs de Roland-Garros, qui ont évoqué dernièrement leur projet d'instituer des règles vestimentaires, en réaction à la remarquée combinaison noire portée par Serena Williams lors de la dernière édition du tournoi parisien.

"Le droit de faire ce qu'il considère le mieux". "Je pense que chaque tournoi a le droit de faire ce qu'il considère le mieux", a déclaré Nadal, interrogé à l'issue de sa qualification pour le deuxième tour de l'US Open après l'abandon de son compatriote David Ferrer. "Quand vous avez un tournoi comme Wimbledon qui fait ce qu'il veut (les joueurs doivent s'y habiller en blanc, ndlr), vous ne pouvez pas dire à un autre tournoi qu'il doit faire autrement, c'est mon opinion", a poursuivi l'Espagnol onze fois vainqueur de Roland-Garros. "Pourquoi, si Wimbledon a ses propres règles, Roland-Garros ne pourrait pas en avoir ?", a-t-il insisté.

"Respecter le jeu et l'endroit", selon le patron de la FFT. "Je crois qu'on est parfois allé trop loin", estimait le président de la Fédération française de tennis (FFT) Bernard Giudicelli dans un entretien à Tennis Magazine dévoilé en fin de semaine dernière. "Cette tenue, par exemple, ne sera plus acceptée", y ajoutait-il à propos de la combinaison ceinturée de fuschia arborée au printemps par l'Américaine aux 23 couronnes en Grand Chelem. "Il faut respecter le jeu et l'endroit. Tout le monde a envie de profiter de cet écrin." Avant le lancement de l'US Open, Serena Williams avait joué l'apaisement à ce sujet. "Les tournois du Grand Chelem ont le droit de faire ce qu'ils veulent", avait-elle notamment estimé.