Affaire Sarah Abitbol : dans le club de son ancien entraîneur Gilles Beyer, "c'est un sujet assez tabou"

  • A
  • A
L'entraîneur de Sarah Abitbol avait poursuivi sa carrière dans le club des "Français volants" présidé par son frère. 1:29
L'entraîneur de Sarah Abitbol avait poursuivi sa carrière dans le club des "Français volants" présidé par son frère. © Jacques DEMARTHON / AFP
Partagez sur :
Europe 1 s'est rendue chez les "Français volants" à Paris, l'ex-fief de Gilles Beyer, ancien entraîneur accusé de viol par plusieurs patineuses dont Sarah Abitbol. Il a été exclu du club, au sein duquel le sujet reste semble-t-il très difficile ) aborder.
REPORTAGE

L’entraîneur Gilles Beyer, ancien entraîneur accusé de viol par plusieurs patineuses dont Sarah Abitbol et dont les agissements ont été signalés dès les années 2000 par des parents, avait à l'époque été mis à l'écart... Mais il avait poursuivi sa carrière dans son club d'origine, "Les Français volants", présidé par son frère à Paris. Comment le club vit-il aujourd'hui les récentes révélations ? Europe s'est rendue sur place pour essayer d'obtenir des témoignages, difficiles d'accès.

Sur les bords de Seine, il est en effet impossible d'entrer dans la vaste patinoire sans être affilié au club. Et à la vue d'un micro, les licenciés préfèrent passer leur chemin, sans commentaire. "C'est un sujet assez tabou. Peut-être qu'ils ne veulent pas avoir de problème avec le club", estime une patineuse inscrite au club depuis plusieurs années.

"Je ne trouve pas ça normal"

Cette sportive choisit de s'exprimer et s'estime "dégoûtée, déçue". "Je lui ai parlé il y a trois semaines, avec moi il n'y a jamais eu de problème. On est tous un peu une famille, et d'avoir une personne... Enfin voilà, quoi... Le viol c'est quand même un sujet horrible, et qu'on puisse autoriser quelqu'un à être au contact des jeunes filles encore une fois, je ne trouve pas ça normal", considère la patineuse.

D'après elle, le sujet n'a pas encore été abordé en interne. "Ils ne nous en ont pas parlé, il n'y a pas eu de discussions. Il y a un mail qui est passé je crois, disant qu'ils allaient le destituer, ou interrompre ses fonctions." Gilles Beyer a effectivement été exclu mardi soir. Dans son communiqué, le club s'engage aussi à déployer la plus grande attention pour conserver la confiance de ses membres. Contactée à plusieurs reprises mardi, la direction du club est restée injoignable.

Europe 1
Par Nicolas Feldmann, édité par Séverine Mermilliod