Une finale inédite

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Samedi soir, les fans de rugby vivront une finale de Top 14 inédite entre Clermont et Perpignan au Stade de France. Entre des Auvergnats à la recherche d'un premier Bouclier et des Catalans dont le dernier titre de champion date de 1955, le combat s'annonce rude. Tour d'horizon des deux formations...

Samedi soir, les fans de rugby vivront une finale de Top 14 inédite entre Clermont et Perpignan au Stade de France. Entre des Auvergnats à la recherche d'un premier Bouclier et des Catalans dont le dernier titre de champion date de 1955, le combat s'annonce rude. Tour d'horizon des deux formations...Les stars :Clermont s'appuiera inévitablement sur son incontournable buteur australien, Brock James. Meilleur marqueur de la saison avec 303 points inscrits, le demi d'ouverture australien s'est montré très présent en demi-finale avec 13 des 19 points de son équipe. Aussi efficace au pied que dans le jeu à la main, James sait marquer des essais et il détiendra encore les clés de la partie au Stade de France. Du côté de Perpignan, c'est surtout le collectif qui a prouvé sa valeur malgré une pléiade de blessures qui ont rythmé la saison catalane (notamment celle de Dan Carter). Cependant, l'apport de Maxime Mermoz au poste de centre est indéniable. Le joueur formé à Toulouse a donné un peu plus de consistance à une ligne d'arrières qui en manqué cruellement. En témoigne son essai splendide face au Stade Français en demi-finale. Il sera à surveiller comme le lait sur le feu pour l'ASM.Le parcours :Premier de la phase régulière, Perpignan a tenu son rang en demi-finale en venant à bout du Stade Français (25-21). Les troupes de Jacques Brunel ont su garder une certaine régularité qu'ils ne possédaient pas lors des années précédentes. Loin de s'enflammer, les Catalans savent qu'il leur manque la dernière marche à gravir pour atteindre la plénitude d'un titre de champion. L'ASM a su prendre sa revanche face à Toulouse en demi-finale (19-9) malgré une 3e place au terme d'une saison contrastée, avec notamment un départ assez poussif. Une volonté affichée par le staff jaunard afin de monter progressivement en puissance et d'être prêt au moment propice.Le palmarès :Dans ce domaine, c'est l'Usap qui a un net avantage. Les Catalans peuvent, en effet, faire valoir six titres de champion de France (1914, 1921, 1925, 1938, 1944 et 1955), même si le dernier remonte à 54 ans. En outre, la formation sang et or a connu huit défaites en finale, dont les deux dernières en 1998 et 2004 face au Stade Français. Côté clermontois, le Bouclier de Brennus reste un doux rêve que les joueurs du Puy-de-Dôme n'ont fait qu'effleurer à neuf reprises, comme en 2007 face au Stade Français et en 2008 face à Toulouse. La dixième tentative serait-elle la bonne ?Les ambitions :Les Auvergnats souhaitent mettre fin à la malédiction et enfin toucher le bout de bois tant convoité. Mais les Catalans sont bien décidés à faire de même et ainsi renouer avec leur glorieux passé. La capitale sera en tout cas en ébullition pour accueillir les nombreux supporters jaunards et leurs homologues sang et or.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr