PSG : les sifflets contre Neymar étaient-ils justifiés ?

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Pourtant auteur d'un match exceptionnel, Neymar a été sifflé par le public du Parc des Princes avant de tirer le penalty du 8-0, mercredi soir, face à Dijon.

LE DÉBAT

Un soir historique. Mercredi, le PSG a écrasé Dijon en clôture de la 21ème journée de Ligue 1, sur le score sans appel de 8-0. Jamais dans son histoire le PSG n'avait gagné avec un tel écart à domicile en Ligue 1. Soir historique aussi car Edinson Cavani a inscrit son 156ème but avec le PSG, égalant le record du Suédois Zlatan Ibrahimovic. Soir historique encore, car Neymar a inscrit son premier quadruplé sous ses nouvelles couleurs. Et soir historique enfin, car ce même Neymar a été sifflé au moment de tirer le penalty du 8-0, penalty que le Parc des Princes aurait préféré voir confié à Edinson Cavani, tout frais co-meilleur buteur de l'histoire du club. Ces sifflets sont-ils pour autant justifiés ?

OUI : " Neymar pense à lui quand Cavani pense équipe"

Par Julien FROMENT

"Neymar a beau avoir réalisé le match le plus complet depuis son arrivée au PSG l'été dernier, ce penalty inscrit mercredi soir face à Dijon à la 84e minute de jeu ne le sort pas grandi. Un but de plus, un but de moins, cela n’aurait rien changé à la performance XXL de la star auriverde. Il a au contraire raté ici l’occasion d'acheter la paix sociale avec les supporters, et d’éradiquer définitivement une éventuelle guerre d’ego avec Edinson Cavani. Les deux joueurs s'étaient disputés le droit de tirer un penalty contre Lyon, en septembre. Cavani l'avait tiré, mais Neymar avait mis un doigt dans la porte, qui s'est ouverte ensuite… Désormais, c'est lui qui est le tireur désigné des penalties au PSG.

S'il avait inscrit le penalty mercredi soir, Cavani serait entré dans l’histoire et le geste de Neymar aurait été unanimement salué. Même si c’est lui qui devait tirer le penalty, l'excès d’ego du Brésilien, en de telles circonstances (un match que le PSG menait 7-0), en dit long et traduit une réalité : Neymar pense à lui quand Cavani pense équipe. Alors, oui Cavani a encore une trentaine de matches devant lui pour battre le record dès cette saison, et ce sera, sauf blessure, assurément le cas, mais la scène à laquelle on a assisté mercredi soir va au-delà de cette simple logique mathématique : il est question ici de symbole et de partage. Et tout Neymar qu’il est, le n°10 du PSG a encore tout à prouver pour faire partie de l'histoire du club quand Edinson Cavani, lui, l'a déjà écrite…"

NON : "Neymar est dans sa logique, qui n'est pas celle de Cavani"

Par Nicolas ROUYER

"Quatre buts, deux passes décisives, des gestes d'une autre planète, une note, rarissime, de 10/10 dans le quotidien L'Équipe. Et pourtant, Neymar a été sifflé, mercredi soir, au Parc des Princes. Son "crime" ? Avoir voulu tirer un penalty en lieu et place de son coéquipier Edinson Cavani. À aucun moment, le Brésilien ne s'est posé la question de laisser l'Uruguayen tirer ce penalty. On l'a vu marcher d'un pas décidé vers le ballon, alors que descendaient les premiers "Cavani, Cavani" des tribunes du Parc des Princes. Savait-il que le "Matador" pouvait dépasser Zlatan Ibrahimovic au classement des meilleurs buteurs de l'histoire du PSG ? Sans doute. Aurait-il pu laisser le ballon à Cavani pour que celui-ci batte le record d'"Ibra" devant son public ? Peut-être.

Mais peu importe. Et peu lui importe surtout. Neymar a sa propre logique, qui n'est pas celle de Cavani. Qui est désormais le tireur attitré des penalties à Paris ? Neymar. Qu'est venu faire Neymar à Paris ? Gagner des titres, certes, mais aussi soigner ses statistiques, devenues depuis quelques années un élément essentiel dans l'attribution du Ballon d'Or. Le record de buts de Cavani au PSG ? Un événement pour les suiveurs et supporters du club. Un quadruplé de Neymar ? Un événement qui va faire le tour du monde.

Oui, Neymar est un joueur égoïste, on ne l'a pas découvert mercredi soir, mais tous les grands joueurs le sont, plus ou moins. Oui, sa réaction de sortir mercredi soir avec le ballon, furieux, est un peu celle d'un petit garçon. À l'opposé, Cavani est allé saluer ses adversaires un à un puis les supporters des deux virages. Il ne s'est pas formalisé de ne pas avoir tiré ce penalty. Car il sait ce que c'est d'être obsédé par le but. Et il sait peut-être aussi que battre le record de Zlatan sur une offrande de Neymar aurait presque eu quelque chose d'infantilisant…"

Neymar n'a pas fait allusion à "l'incident", jeudi, sur les réseaux sociaux :

"Tout honneur et toute gloire à toi Dieu"