Oyonnax croit en ses chances

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Oyonnax rêve d'imiter Mont-de-Marsan, qui avait obtenu son ticket pour le Top 14 l'an passé aux dépens du Racing. Mais l'USO, qui n'a jamais évolué dans l'élite, devra pour cela dominer Albi, dimanche en finale de la Pro D2. Relégués la saison dernière, les Tarnais ne veulent pas rater l'occasion.

Oyonnax rêve d'imiter Mont-de-Marsan, qui avait obtenu son ticket pour le Top 14 l'an passé aux dépens du Racing. Mais l'USO, qui n'a jamais évolué dans l'élite, devra pour cela dominer Albi, dimanche en finale de la Pro D2. Relégués la saison dernière, les Tarnais ne veulent pas rater l'occasion.Albi pourrait connaître un début de mois de juin un peu plus joyeux que l'an passé. Si le 1er juin 2008, les supporters défilaient en vain dans les rues d'Albi pour défendre la cause de leur club sur le point d'être rétrogradé pour raisons financières, ils pourraient cette fois renouveler l'expérience, mais cette fois pour fêter une remontée historique en Top 14. Relégué administrativement l'an passé, le club tarnais pourrait devenir le premier club à remonter dans la foulée depuis la création de la poule unique dans le rugby professionnel français. Cette descente, vécue dans la préfecture tarnaise comme une injustice, aura été la motivation d'un groupe fermement décidé à laver l'affront.Pourtant la saison n'aura pas débuté sous les meilleurs auspices pour le club albigeois, puisque, toujours en proie à des difficultés financières, il est obligé de laisser partir quelques joueurs cadres comme Pierre Correia (Stade Français), Arnaud Méla (Brive) ou Thibault Lacroix (Bayonne). Eric Béchu s'est donc appuyé sur de nouveaux hommes forts comme le demi de mêlée aux couettes, Sébastien Pagès, ou le troisième ligne capitaine Vincent Clément, qui revient d'ailleurs de blessure au meilleur moment. Avec neuf défaites en trente journées, Albi n'a pas particulièrement éclaboussé le championnat de sa classe, mais a fait le boulot... et bien. Avantage AlbiLe dernier obstacle vers l'exploit s'appelle désormais Oyonnax, tombeur surprise du favori agenais à Armandie, le week-end dernier, lors des demi-finales d'accession (18-15). Cinquième de la saison régulière, le club de l'Ain n'a jamais accédé à l'élite du rugby français. Les Oyonnaxiens sont tout de même devenus la première équipe à s'imposer à l'extérieur lors d'une demi-finale de Pro D2. Avec un pack performant et une défense qui ne lâche rien, Oyonnax espère bien créer une nouvelle fois la surprise comme Auch et Mont de Marsan dans un passé récent. Oyonnax partira tout de même avec le dossard d'outsider puisque durant la saison régulière, le club cher au président Hervé David n'aura pas réussi à battre Albi avec un match nul à domicile (16-16) et une lourde défaite dans le Tarn (30-13). Intraitables à domicile les joueurs de Christophe Urios devront cette fois évoluer au Stade Yves-du-Manoir, à Montpellier, loin de leur chère citadelle de Charles-Mathon. De leur côté, les Albigeois, vainqueurs au forceps et après prolongation de La Rochelle en demi-finale (15-15), ont pour eux l'expérience d'une finale d'accession gagnée contre Dax en 2006. Le public tarnais n'attend désormais qu'une victoire pour effacer douze derniers mois bien douloureux.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr