Lorenzetti : "Chabal-Nallet, c'est du costaud !"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
A l'honneur après avoir assuré son accession au Top 14 le week-end dernier, le Racing-Métro 92 est de nouveau sous le feu des projecteurs avec l'annonce, mercredi, des arrivées de Sébastien Chabal et Lionel Nallet pour la saison prochaine. Jacky Lorenzetti, président du club francilien, est revenu sur la performance de son équipe en chammpionnat et les prochains défis qui l'attendent aux micros d'Europe 1 Sport.

A l'honneur après avoir assuré son accession au Top 14 le week-end dernier, le Racing-Métro 92 est de nouveau sous le feu des projecteurs avec l'annonce, mercredi, des arrivées de Sébastien Chabal et Lionel Nallet pour la saison prochaine. Jacky Lorenzetti, président du club francilien, est revenu sur la performance de son équipe en championnat et les prochains défis qui l'attendent aux micros d'Europe 1 Sport.Assuré depuis le week-end dernier de remonter en Top 14 grâce à sa victoire contre Bordeaux-Bègles (33-12), le Racing-Métro est déjà tourné vers la préparation de la prochaine saison parmi l'élite. La formation francilienne a officialisé, mercredi, les recrutements de Sébastien Chabal et de Lionel Nallet. Un renforcement nécessaire autant qu'ambitieux pour Jacky Lorenzetti qui s'est félicité de la promotion de son équipe sur l'antenne d'Europe 1 Sport. "On a eu une saison difficile. Evoluer en Pro D2 représente un dur combat. Il faut se battre pour chaque centimètre de pelouse. J'en profite d'ailleurs pour rendre hommage aux brillantes équipes que nous avons rencontrées cette année. On n'est pas mécontents d'avoir assuré la montée en Top 14 ! ", s'est ainsi réjoui le fondateur de Foncia.Battu l'année dernière lors de la finale d'accession au Top 14 par Mont de Marsan (32-23), le dirigeant considère aujourd'hui que ce revers a forgé le caractère du Racing. "Finalement cet échec nous a rendu service. Il nous a permis de mûrir, de donner une âme à cette équipe qui n'en avait pas vraiment l'année dernière. Les Montois nous ont montré la voie", a-t-il déclaré.Avec l'arrivée de la paire Chabal-Nallet, Jacky Lorenzetti peut, même s'il le fait du bout des lèvres, se targuer d'avoir réalisé une belle opération médiatique. "L'essentiel était surtout de recruter de bons rugbymen. Le bon coup marketing, c'est la cerise sur le gâteau. On a commencé les discussions, il y a six mois en prenant le risque avec Pierre Berbizier (entraîneur du Racing-Métro, NDLR) de parier que cette année serait celle de la montée. Cela n'a pas été facile car Sébastien et Lionel sont deux immenses joueurs de rugby", a-t-il confié.Alors que l'on annonce un salaire d'un million d'euros pour Sébastien Chabal, le président du Racing a tenu à rectifier : "les sommes ne sont pas aussi élevées qu'annoncées dans la presse, mais bien sûr leurs salaires sont importants. C'est normal, ceux sont les meilleurs dans leur profession. Et puis, les retombées économiques autour de ces deux joueurs vont nous permettre de couvrir l'investissement. Ils n'intègrent pas le club en tant que simple pigiste ou mercenaire. Ce sont des recrutements qui s'inscrivent dans la durée. C'est du costaud, pour nous permettre concurrencer les grandes équipes"."Les discussions avec Steyn avancent bien"Les deux comparses devraient selon toute vraisemblance être rejoints par le trois-quart centre François Steyn. "Les discussions avec Steyn avancent bien, rien n'est définitif, mais il y a de très grandes chances qu'il soit à nos côtés la prochaine saison". Les ambitions du Racing semblent d'ailleurs s'inscrire sur le long terme comme le montre le projet de construction d'un stade défendu par Jacky Lorenzetti. "On souhaite que le club dispose d'un stade dont il serait propriétaire. C'est une nécessité pour que notre structure puisse vivre de ses subsides comme sur le modèle anglais. Les négociations sont encore en cours mais l'emplacement devrait se situer à Nanterre aux pieds de la Défense. L'enceinte devrait disposer de 30 000 places pour les rencontres de rugby et de 40 000 en configuration spectacle. On espère qu'elle sera prête pour 2013 en même temps que celle du stade Français », a conclu le dirigeant francilien.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr