Les Blacks espèrent un effet Carter

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Seulement six mois après sa rupture partielle du tendon d'Achille, Dan Carter est attendu par tout un pays samedi, à Sydney, où dans le cadre du Tri Nations l'ouvreur néo-zélandais enfilera de nouveau le n°10 des All Blacks qu'il n'a plus porté depuis novembre dernier.

Seulement six mois après sa rupture partielle du tendon d'Achille, Dan Carter est attendu par tout un pays samedi, à Sydney, où dans le cadre du Tri Nations l'ouvreur néo-zélandais enfilera de nouveau le n°10 des All Blacks qu'il n'a plus porté depuis novembre dernier.294 jours après sa dernière apparition sous le maillot frappé de la fougère argentée, Dan Carter s'apprête à redevenir samedi, sur la pelouse du stade olympique de Sydney, l'international néo-zélandais qu'il n'a en vérité jamais cessé d'être. Six mois après une rupture partielle du tendon d'Achille qui l'avait laissé sur le flanc au Stade de France et mis du coup un terme prématuré à son expérience dans le Top 14 sous le maillot de l'Usap, le meilleur ouvreur de la planète rugby est de retour !Un évènement guetté comme jamais par tout un peuple dans un pays du long nuage blanc qui ne reconnaît plus ses All Blacks en cette année 2009, déjà marquée par trois défaites lors des six test-matches disputés, dont deux face aux Springbgoks (19-28, 19-31). Dans ce contexte et à deux ans d'accueillir la Coupe du monde, la Nouvelle-Zélande place dans ce retour express de son idole tous ses espoirs. Et on comprend pourquoi, Carter c'est 58 sélections et 879 points au compteur (plus de 15 points de moyenne par match).Carter : "Prêt à jouer"Ses premiers pas en compétition ces dernières semaines avec son club de Canterbury ont été des plus encourageants. De quoi inspirer à Steve Hansen, l'un des adjoints de Graham Henry, l'idée selon laquelle ce retour, prématuré pour certains, ne comporte "aucun risque".Avant de penser à refaire le retard sur les champions du monde sud-africains, les Blacks entendent bien conserver la Bledisloe Cup ce week-end face à l'Australie et comptent pour cela sur leur stratège. Et pourtant, pour beaucoup, il serait illusoire de croire que Carter va à lui tout seul ou presque remettre le jeu néo-zélandais dans le sens de la marche.Carter, lui, n'en est pas moins d'une sérénité à toute épreuve: "Je suis prêt à jouer. Je pense que je suis prêt à évoluer à nouveau au niveau international. Si je ne m'estimais pas prêt à jouer ce week-end face à l'Australie, je ne jouerais pas. J'ai de l'expérience, je connais les exigences du très haut niveau et je sais à quoi m'attendre."

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr