La France en veut encore...

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Une semaine après la victoire aussi belle qu'inattendue du XV de France sur les All Blacks à Dunedin (27-22), les Bleus de Marc Lièvremont s'apprêtent donc à tenter de réaliser un doublé en Nouvelle-Zélande comme en 1994. Maxime Médard et ses partenaires se devront d'être encore plus forts pour résister à la tornade black.

Une semaine après la victoire aussi belle qu'inattendue du XV de France sur les All Blacks à Dunedin (27-22), les Bleus de Marc Lièvremont s'apprêtent donc à tenter de réaliser un doublé en Nouvelle-Zélande comme en 1994. Maxime Médard et ses partenaires se devront d'être encore plus forts pour résister à la tornade black.Les Bleus peuvent-ils le faire ? Succéder à leurs glorieux aînés de 1994 comme étant la seconde équipe de France à vaincre deux fois consécutivement les All Blacks sur leur terrain, c'est bien de cela dont il s'agit. Après une victoire samedi dernier à Dunedin (27-22), les hommes de Marc Lièvremont peuvent donc marquer l'histoire de la formation frappée du coq. Philippe Saint-André, l'actuel manager du Rugby Club Toulonnais, était le capitaine de l'équipe dominatrice sur les pelouses du pays au long nuage blanc en 1994. Il a été le premier à se montrer emballé par la prestation de ses successeurs comme il l'a avoué au micro du Club Sports Europe 1, lundi dernier. "Je me suis régalé ! J'ai vu une belle équipe de France qui avait faim et qui s'est bien adaptée au niveau de la conquête. Le rugby français en avait besoin."Résister aux 20 premières minutesIl y a 15 ans, les Tricolores avaient donc engrangé deux succès remarqués (22-8 et 23-20). Celui que l'on surnomme "le Goret" croit aux chances de ses descendants dans cette nouvelle quête : "Ils peuvent faire le doublé comme on l'avait fait en 1994. Ils ont été disciplinés, ils se sont accrochés et ont bien défendu. Il faudra faire attention durant les 20 premières minutes du prochain match car les Blacks vont certainement se montrer revanchards." C'est certainement le moins que l'on puisse dire...Les joueurs néo-zélandais ont sans doute vécu le revers du premier match comme un sacrilège. Samedi, au Westpac Stadium Wellington, les hommes de Graham Henry vont tout faire pour anéantir ces petits Français qui ont osé les ridiculiser devant leur public. Les Bleus sont donc prévenus, à eux de tenir leur rang au coeur de cette bataille qui s'annonce terrible.

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr