Fignon: "Evans a perdu le Tour"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Outre la victoire de la formation Astana, le contre-la-montre par équipes disputé mardi à Montpellier a fait beaucoup de dégâts. Le leader australien de la Silence-Lotto Cadel Evans pointe désormais à près de deux minutes d'Armstrong et Contador. Un retard trop important pour espérer gagner le Tour de France estime le consultant d'Europe 1 Laurent Fignon.

Outre la victoire de la formation Astana, le contre-la-montre par équipes disputé mardi à Montpellier a fait beaucoup de dégâts. Le leader australien de la Silence-Lotto Cadel Evans pointe désormais à près de deux minutes d'Armstrong et Contador. Un retard trop important pour espérer gagner le Tour de France estime le consultant d'Europe 1 Laurent Fignon.Laurent Fignon (Double vainqueur du Tour et consultant pour Europe 1 sur la Grande Boucle 2009):"C'est la première chose que j'ai vu quand j'ai fait ce chronomètre par équipes. J'étais estomaqué par sa difficulté technique. Je ne le trouve pas du tout dans l'esprit du Tour de France. On a vu sur les dix premières équipes, cinq ont eu des chutes. Les mieux organisées sont celles qui ont bien reconnus le parcours. Armstrong et Astana ont dû être content de gagner l'étape, de repousser leurs adversaires, il y a quand même un bel écart. Mais il a dû être déçu de ne pas prendre ce maillot, ça se joue à deux dixièmes. Les grands perdants du jour, c'est d'abord Cadel Evans. On n'a pas senti les Silence-Lotto dans l'allure. L'addition est très lourde, aux alentours de 2'30''. Ce soir, on peut dire qu'il a perdu le Tour. Menchov est dans un cas identique. Il a fait une chute dès les premiers kilomètres dans un virage très dangereux. La Rabobank est plus faible qu'on ne l'imaginait, de même que la Cervelo de Sastre qui perd 1'40''. Je crois que malheureusement, ça va se résumer à un duel Contador-Armstrong, à part peut-être Andy Schleck qui est déjà à 1'40'', mais je ne vois pas trop où il va pouvoir les reprendre".Alain gallopin (directeur sportif d'Astana):"On a vu sur la fin que l'équipe a fini difficilement. C'était plus difficile que prévu. La différence avec Garmin était de 16 secondes au dernier pointage et de 18 à la fin, c'était très serré. Aujourd'hui, c'était la sixième fois que les coureurs faisaient le parcours. On a vraiment assuré les passages au maximum. Le résultat d'aujourd'hui (mardi) prouve qu'on a pris la bonne décision lundi en économisant notre équipe".Bernard Hinault (Quintuple vainqueur et membre de l'organisation du Tour de France):"Du point de vue de la difficulté, ce n'était pas un terrain facile. Les équipes étaient bien préparées même si quelques unes ont eu des difficultés. Les Astana sont costauds. Armstrong est très fort sur le plat, car il s'est se mettre bien dans les roues. Mais on verra vendredi dans la montée d'Arcalis, car là ça sera chacun pour soi"

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr