Fignon: "Coup de coeur pour Voeckler"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Laurent Fignon, le consultant Europe 1, revient sur cette cinquième étape du Tour de France, remportée par Thomas Voeckler. Il délivre un coup de coeur pour le coureur de la Bbox mais également un coup de gueule contre les coureurs français.

Laurent Fignon, le consultant Europe 1, revient sur cette cinquième étape du Tour de France, remportée par Thomas Voeckler. Il délivre un coup de coeur pour le coureur de la Bbox mais également un coup de gueule contre les coureurs français.Au terme de la cinquième étape du Tour de France 2009, remportée par Thomas Voeckler, Laurent Fignon, consultant Europe 1, délivre un coup de coeur au coureur d'origine alsacienne. "Au début de saison, il avait changé sa méthode de course. Il attaquait plus à la fin et ça lui réussissait. Là, il s'est lancé dans une échappée au long cours qui n'avait aucune chance au démarrage. Bizarrement, le peloton n'a pas su accélérer à la fin et Thomas a couru comme un maître. Il est limité au sprint donc il a attaqué en contre. Bravo à Thomas, il a eu raison d'y croire".Si Thomas Voeckler récolte les louanges du double vainqueur de la Grande Boucle, les autres coureurs français sont plus sévèrement jugés. "Lorsque il y a eu une accélération à 60 kilomètres de l'arrivée, on a retrouvé une grande majorité de Français dans le deuxième groupe alors que tout le monde se doutait qu'il allait se passer quelque chose. J'éprouve surtout de la déception pour deux coureurs: Rémi Pauriol et Pierre Rolland. Ce sont deux espoirs, ils ont perdu l'occasion d'être devant. Ils auraient augmenté leur bagage technique. Tout le monde le savait, c'est juste une question de placement. Il fallait aller se frotter", analyse Fignon.Thomas Voeckler (Vainqueur du jour):"Cela fait tellement longtemps que je cours après. La logique aurait voulu qu'on se fasse reprendre par le peloton. En plus on avait deux coureurs de la même équipe dont un super sprinteur dans l'échappée. J'ai su déjouer les pronostics. J'essaie depuis plusieurs années, je suis super content."Jean-René Bernaudeau (Directeur sportif des Bbox Bouygues Telecom):"Thomas ce n'est pas n'importe qui. C'est le leader, c'est un super capitaine. On était là pour aller chercher la victoire. Désormais on en veut deux. Aujourd'hui il aura manqué quelque chose aux sprinteurs. On se bat, on veut progresser."Tom Boonen (Coureur Quick Step):"Cette crevaison ce n'est pas de la malchance. La malchance c'est lorsqu'il y a chute. Maintenant ce n'est pas grave, demain est un autre jour.A propos de Cavendish: Il est très fort, son équipe est la meilleure. Je pense qu'il est possible de le battre sur un coup."

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr