Fédrigo: "J'y ai cru jusqu'au bout"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Vainqueur de la neuvième étape du Tour de France 2009 entre Saint-Gaudens et Tarbes, Pierrick Fédrigo a évoqué son succès devant Franco Pellizotti au micro d'Europe 1. Le coureur Bbox a avoué qu'il n'avait pas douté de cet heureux dénouement.

Vainqueur de la neuvième étape du Tour de France 2009 entre Saint-Gaudens et Tarbes, Pierrick Fédrigo a évoqué son succès devant Franco Pellizotti au micro d'Europe 1. Le coureur Bbox a avoué qu'il n'avait pas douté de cet heureux dénouement.Pierrick Fédrigo (Bbox Bouygues Telecom) :"Ça fait du bien. Thomas (Voeckler) avait gagné dans la semaine, moi je gagne en fin de semaine. Que voulez-vous de mieux ? Ça aurait été dommage de faire deuxième aujourd'hui. Quand on arrive dans un final de course à deux, il y a de la tension, on ne sait jamais ce qui peut se passer. Je savais qu'il y avait un virage à 200 mètres de l'arrivée. On s'est un petit peu touché dans le sprint. Pellizotti vire en tête mais j'ai pu rester dans sa roue. Dans le final, il y avait un vent défavorable et c'est ce qui m'a sauvé. Il a coincé à quelques mètres de l'arrivée et j'ai pu sortir au bon moment. Aujourd'hui, ça ne pouvait pas m'échapper et j'y ai cru jusqu'au bout."Alain Gallopin (Directeur Sportif Astana) :"Les trente premiers kilomètres ont été assez difficiles pour nous car il a fallu combler un écart. On ne voulait pas laisser partir un AG2R comme samedi. On ne veut pas du maillot jaune dans l'immédiat, c'est juste. On n'est pas pressé, il y a une semaine entre les Pyrénées et les Alpes. Il faut faire attention et ne pas dépenser trop d'énergie. On doit contrôler la course. Ça va se décanter dans l'étape entre Bourg-Saint-Maurice et Le Grand-Bornand. Entre Contador et Armstrong c'est désormais un partout. On n'est pas pressé pour désigner un leader. Pour nous le plus important c'est de conserver notre collectif qui est performant. Il faut que ça dure encore deux semaines."Didier Rous (Directeur Sportif Bbox Bouygues Telecom) :"Ça fait plaisir évidemment surtout quand on voit que maintenant, ils commencent à y croire. Gagner c'est une chose mais y croire... Quand on y croit ça paye et on y arrive, la preuve ! Ce sont des garçons qui savent courir, qui savent manoeuvrer, qui sont forts, c'est difficile d'en dire plus. Deux victoires sur la première semaine... on nous aurait dit ça au départ du Tour, c'est génial. Ils vont continuer à se battre et à y croire. Ça prouve définitivement que quand on y croit ça peut marcher."Rinaldo Nocentini (AG2R La Mondiale, maillot jaune)"J'avais parlé avec les grandes équipes avant le départ à Saint-Gaudens et je savais que c'était pas une journée pour la bataille. Pour moi, c'était mieux comme ça. Aujourd'hui la journée s'est bien passée. Je dis merci à l'équipe car elle a beaucoup travaillé. Demain c'est repos et après on verra."

Europe 1
Par Rédaction Europe1.fr