Vatican : deux prêtres renvoyés en justice pour abus sexuels

, modifié à
  • A
  • A
Les deux prêtres, italiens, sont renvoyés devant la justice pour des abus commis avant 2012 (photo d'illustration).
Les deux prêtres, italiens, sont renvoyés devant la justice pour des abus commis avant 2012 (photo d'illustration). © TIZIANA FABI / AFP
Partagez sur :
Les accusations concernent des abus commis par deux prêtres italiens au sein du séminaire Pie X, avant 2012. 

Le Saint-Siège a annoncé mardi le renvoi en justice de deux prêtres italiens pour des abus sexuels présumés qui se seraient déroulés dans un séminaire se trouvant dans l'enceinte du Vatican.

Des abus commis avant 2012

"Le promoteur de justice du Vatican (équivalent du ministère public) a demandé le renvoi en jugement du père Gabriele Martinelli, sous l'accusation d'abus sexuels qui auraient eu lieu au sein du séminaire Pie X avant 2012, et du père Enrico Radice pour complicité", a indiqué le Saint-Siège dans un communiqué.

"L'enquête avait été ouverte en 2017 à la suite d'informations publiées par la presse" pour des faits qui auraient été commis alors que Gabriele Martinelli était séminariste et Enrico Radice recteur du séminaire Pie X, ajoute le Saint-Siège. Le communiqué précise que les renvois des deux prêtres ont été ordonnés les 16 et 17 septembre.

Des dizaines d'agressions sexuelles

L'agresseur présumé, Gabriele Martinelli, séminariste âgé de 21 ans à l'époque des faits, a été ordonné prêtre en 2017. Le séminaire Pie X se trouve à l'intérieur même des murs du Vatican, situé à quelques pas de la résidence Sainte Marthe, où vit aujourd'hui le pape François.

Ce séminaire forme des mineurs qui servent comme enfants de choeur dans la basilique Saint-Pierre et lors des cérémonies papales. Selon des médias italiens, un jeune séminariste polonais, compagnon de chambre de l'une des victimes, affirme avoir été témoin de dizaines d'agressions sexuelles. Avec deux autres séminaristes, il a dénoncé l'agresseur présumé d'abord en personne à ses supérieurs du séminaire, puis par écrit à des cardinaux.

Renvoyé pour avoir tiré la sonnette d'alarme

L'affaire avait fait l'objet d'un livre-enquête, "Péché originel", signé du journaliste italien Gianluigi Nuzzi et sorti en 2017. L'ouvrage raconte que le jeune témoin a vécu de 13 à 18 ans au séminaire Pie X, jusqu'en 2014, mais dit avoir été renvoyé avant la fin de sa scolarité après avoir tiré la sonnette d'alarme auprès d'autorités ecclésiales et vaticanes.

Après un année 2018 marquée par la révélation d'une série de scandales d'abus sexuels du clergé, notamment aux États-Unis et au Chili, le pape a pris plusieurs mesures pour lutter contre la pédophilie. En mai dernier, le souverain pontife argentin a émis une lettre apostolique (motu proprio) où il oblige notamment le personnel ecclésiastique à signaler tout abus, agression et harcèlement sexuels ou couverture de tels faits.