Un policier suspendu après une interpellation controversée en Seine-Saint-Denis

  • A
  • A
Un policier a été suspendu après cette interpellation (photo d'illustration).
Un policier a été suspendu après cette interpellation (photo d'illustration). © PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :
La vidéo de l'interpellation, montrant un policier assénant des coups de poing à un homme, avait suscité l'indignation sur les réseaux sociaux. 

Un fonctionnaire de police a été suspendu et l'IGPN saisie jeudi, au lendemain de la diffusion d'une vidéo sur les réseaux sociaux dans laquelle on le voit frapper à plusieurs reprises un homme lors d'une interpellation à Sevran, en Seine-Saint-Denis, a annoncé la Préfecture de police.

Indignation sur les réseaux sociaux

"Afin d'établir les circonstances exactes de cette interpellation, le préfet de Police Didier Lallement a demandé la saisine administrative de l'Inspection Générale de la Police Nationale et ordonné la suspension immédiate du fonctionnaire de police", a annoncé la Préfecture de police (PP) dans un communiqué. 

Selon la PP, l'altercation a eu lieu "mercredi à 18h25 lorsqu'un équipage de la circonscription de sécurité de proximité d'Aulnay-sous-Bois a procédé à l'interpellation, pour outrage, d'un individu", avenue Youri Gagarine à Sevran. La vidéo de l'interpellation a suscité l'indignation sur les réseaux sociaux.

Des circonstances à "éclaircir"

On y voit un échange verbal entre un policier et un jeune homme noir avant que le fonctionnaire se jette dans les jambes de l'individu pour le plaquer au sol. Repoussé, le policier revient à la charge à plusieurs reprises en assénant des coups de poing, auxquels l'homme répond également par des coups de poing dans une position de défense.

L'individu est ensuite interpellé après l'intervention d'un policier qui fait usage d'un pistolet à impulsion électrique de type taser. Sa garde à vue a été levée mercredi soir pour des raisons médicales et il a été hospitalisé, a indiqué le parquet à l'AFP, sans plus de précision. "Les circonstances de l'interpellation doivent être éclaircies", a-t-on précisé.