Un Français sur dix n'a jamais entendu parler du génocide des Juifs, selon un sondage

, modifié à
  • A
  • A
Deux Français entre 18 et 34 ans sur dix assure n'avoir jamais entendu parler de la Shoah (photo du mémorial de la Shoah à Paris).
Deux Français entre 18 et 34 ans sur dix assure n'avoir jamais entendu parler de la Shoah (photo du mémorial de la Shoah à Paris). © MIGUEL MEDINA / AFP
Partagez sur :
Selon un sondage dévoilé jeudi par franceinfo, dix pour cent des Français déclarent n'avoir jamais entendu parler du génocide des Juifs. Et plus de 20% des sondés déclarent ne pas savoir quand il a été perpétré.

Un Français sur dix déclare n'avoir jamais entendu parler du génocide des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, selon un sondage Ifop* dévoilé par franceinfo jeudi, un chiffre qui s'élève à deux sur dix pour les sondés de 18 à 34 ans.

10% des Français n'ont jamais entendu parlé de la Shoah. À la question "Avez-vous entendu parlé du génocide des Juifs ?", 10% des sondés ont répondu "non", une proportion à peine inférieure celle de la même question concernant le génocide des Arméniens (15%) et des Tutsis au Rwanda (21%). 

Une période historique floue. Par ailleurs, les Français sondés ne sont que 79% à savoir que la Shoah a eu lieu au cours de la Seconde Guerre mondiale. 9% d'entre eux la situent pendant l'entre-deux-guerres, 6% au cours de la Première Guerre mondiale, 4% au début du XXème siècle et 2% pensent qu'elle s'est déroulée pendant la Guerre froide. Chez les 18-35 ans, 30% des sondés ignorent la période à laquelle a eu lieu ce génocide.

Alors que cet événement historique est enseigné à trois reprises au cours de la scolarité (en CM2, troisième et première), "cela pose la question de ce qu'il reste de l'enseignement, de ce que les jeunes retiennent ou veulent en retenir", reconnaît Iannis Roder, directeur de l'observatoire de l'éducation de la Fondation Jean-Jaurès, interrogé par franceinfo.

L'importance de la prévention de l'antisémitisme et de l'enseignement de la Shoah en hausse. La proportion de personnes estimant que la prévention d'une telle tragédie passe par la lutte contre l'antisémitisme et le racisme a augmenté de quatre points entre 2014 et 2018 pour atteindre 88%. Une prévention qui doit passer pas l'enseignement de la Shoah "aux jeunes générations" pour 85% des sondés - un taux également en hausse de huit points par rapport à 2014. 

*Sondage réalisé les 12 et 13 décembre 2018 auprès d'un échantillon de 1.014 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, en partenariat avec la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah), la Fondation européenne d’études progressistes (Feps) et l'AJC Paris, l'antenne française de l'American Jewish Committee.