Pour les 40 ans du TGV, la SNCF remet en service la rame du record de vitesse de 1981

  • A
  • A
TGV, record vitesse, anniversaire 1:29
a mythique rame 16 a repris du service pour fêter les 40 ans de son record. © Europe 1 / Elise Denjean
Partagez sur :
Samedi, la SNCF a célébré les 40 ans du TGV en remettant en service, l'espace d'une journée, la rame qui avait servi au record de vitesse de 1981. Si la course de vitesse pure n'est plus d'actualité, la quête d'innovation bat toujours son plein.

Le Train à grande vitesse a 40 ans. En 1981, avec le président François Mitterrand à son bord, le TGV établissait un record en circulant à 380 km/h. "L’ADN du TGV en France a toujours été un ADN d’innovation technique", pose Benjamin Hutot, directeur industriel du TGV. "Il y a 40 ans, les défis c’était d’aller chercher une vitesse exceptionnelle. On continue aujourd’hui à innover."

illustrTGV

© Europe 1 / Elise Denjean

"Le début de l'aventure TGV"

Retirée de la circulation, la mythique rame 16 a repris du service pour fêter les 40 ans de son record. Elle est la dernière en état de marche, entretenue sur leur temps libre par des cheminots passionnés. "Cela procure une grande émotion", lâche Antoine Leroy, en plein bonheur. Il a la chance ce samedi d’être aux commandes du train qui a déjà parcouru 13 millions de kilomètres. "On pense tout de suite à nos aînées, Gabriel Jacot et Jacques Ruiz, ces artisans du record de 1981."

IllustrTGV2

© Europe 1 / Elise Denjean

Florence Brachet-Champsaur, directrice du patrimoine de la SNCF, parle des événements de 1981 comme d’une prouesse : "C'est le début de l'aventure du TGV puisque ce record a lieu avant même la mise en service commerciale du TGV et c'était une façon aussi de montrer qu'on pouvait rouler en toute sécurité." Aujourd’hui, le temps de la course aux records de vitesse est révolu, mais la recherche d’innovation est toujours d’actualité. Les TGV accueillent de plus en plus de passagers, sont bourrés de technologie et sont plus écologiques que jamais.

Europe 1
Par Elise Denjean, édité par Antoine Cuny-Le Callet