Tueur en série allemand dans l'affaire Jonathan : "une piste séduisante" mais pas "d'aveux"

  • A
  • A
Les gendarmes explorent plusieurs pistes dont celles du tueur allemand depuis des années (photo d'illustration).
Les gendarmes explorent plusieurs pistes dont celles du tueur allemand depuis des années (photo d'illustration). © MYCHELE DANIAU / AFP
Partagez sur :
Selon Le Parisien, un tueur en série allemand aurait reconnu le meurtre du garçon français auprès de son codétenu.  "Il n'est pas question d'aveux", tempère l'avocate de la grand-mère de l'enfant.

 

S'il se confirmait, le rebondissement pourrait mettre un point final à une affaire non élucidée, vieille de près de 14 ans. Qui a tué Jonathan Coulom, 10 ans, retrouvé ligoté et lesté d'un parpaing dans un étang de Loire-Atlantique en 2004 ? La piste d'un tueur en série allemand, déjà explorée par les enquêteurs, apparaît comme de plus en plus sérieuse selon Le Parisien. D'après le quotidien, Martin Ney, 47 ans, déjà condamné pour le viol et le meurtre de trois enfants en Allemagne, aurait avoué le meurtre du garçon français à un autre prisonnier.

Un appel à témoins diffusé début avril. Le juge d'instruction en charge du dossier Jonathan disposerait d'un procès-verbal décisif en provenance d'Allemagne : la déposition du codétenu de Martin Ney, auprès de qui le tueur en série se serait confié sur le meurtre de Jonathan, évoquant des éléments jamais sortis dans la presse. D'après ce document, le quadragénaire se serait même étonné de ne pas encore avoir été confondu par les gendarmes français, qui auraient pu retrouver une preuve matérielle le désignant.

Ces éléments ne sont pas sans évoquer un appel à témoins lancé par la gendarmerie française début avril, pour retrouver des témoignages sur un sac à dos en cuir marron, qui aurait pu être découvert en avril ou en mai 2004 dans les environs de Saint-Brévin-les-Pins. Ce sac appartiendrait au suspect et contiendrait des documents permettant de l'identifier, attestant donc de sa présence en France au moment du meurtre.

"Il n'est pas question d'aveux". "Je déplore les fuites dans le cadre d'une enquête", réagit auprès d'Europe 1 Caty Richard, l'avocate de la grand-mère de Jonathan, sans confirmer les informations du Parisien. "J'entends beaucoup parler d'aveux, il n'est pas question d'aveux s'il est question de quelqu'un qui s'adresse à son codétenu. Il y a un juge d'instruction qui est saisi, il y a une enquête en cours, l'enquête se poursuit et c'est rassurant", estime-t-elle.

"Cette piste allemande, elle est séduisante, c'est vrai, car on est en face d'un vrai prédateur, de quelqu'un qui ressemble effectivement de très près à l'idée qu'on se fait de celui qui a enlevé et tué Jonathan", ajoute l'avocate. "Ce que j'espère c'est que l'enquête continue dans la sérénité, que les Allemands et les Français continuent de travailler en bonne intelligence."

Une voiture immatriculée en Allemagne. Originaire du Cher, Jonathan a disparu dans la nuit du 6 au 7 avril 2004, alors qu'il séjournait dans un centre de vacances de Saint-Brévin-les-Pins, près de Saint-Nazaire. Son cadavre a été découvert quelques semaines plus tard, près de Guérande, à 25 km de là.

En quatorze ans, les enquêteurs n'ont négligé aucune piste, réalisant des centaines de prélèvements ADN, sans avancée décisive dans l'identification du meurtrier. En 2011, les gendarmes français ont découvert le nom de Martin Ney, arrêté en Allemagne et dont le mode opératoire rappele celui du crime commis en Loire-Atlantique. Une voiture immatriculée outre-Rhin avait par ailleurs été aperçue par plusieurs témoins aux abords du lieu de la disparition de Jonathan. Mais l'audition de l'Allemand dans ce dossier n'avait pas permis d'identifier des éléments à charge.

"C'est un prédateur". Martin Ney, surnommé "L'homme en noir" en Allemagne, était éducateur d'enfants. Selon Le Parisien, il aurait expliqué le meurtre de ses trois victimes par la peur qu'elles ne racontent les violences sexuelles qu'il leur avait fait subir. Le suspect opérait la nuit, dans des centres de vacances. Condamné à perpétuité, il est également soupçonné d'être impliqué dans plusieurs autres disparitions similaires survenues dans d'autres pays européens, toujours d'après le quotidien.

"J'ai toujours été convaincue que c'était un prédateur", conclut Caty Richard à propos du meurtrier de Jonathan. "C'est la seule nouvelle qui pourrait nous soulager aujourd'hui s'il s'agissait bien de lui : c'est que dans ces cas-là il est hors d'état de nuire. Mais je dis prudence à ce stade de l'enquête."