Stéphanie, 44 ans, doit annoncer à des patients qu'ils ont le VIH : "On se doit d'être prêt à accueillir leurs émotions"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Psychologue, Stéphanie raconte au micro d'Eve Roger sur Europe 1 qu'elle peut continuer à annoncer aux gens qu'ils ont le VIH car elle a su se trouver un "dérivatif" pour évacuer la charge émotionnelle liée à ce métier.
VOS EXPÉRIENCES DE VIE

Stéphanie, 44 ans, est psychologue, avec une tâche bien particulière : c'est elle qui doit annoncer aux patients s'ils sont séropositifs. Une annonce potentiellement bouleversante, qui peut logiquement générer de fortes réactions chez les personnes auxquelles elle est confrontée au quotidien. Au micro Europe 1 d'Eve Roger, mardi, elle explique les difficultés qui existent lorsqu'on exerce un tel métier. Une formation est nécessaire, mais c'est loin d'être suffisant, raconte la psychologue.

"On est formés, oui, mais plutôt sur le tas, grâce à nos patients. Dans ce domaine, la particularité, c'est que nos patients nous ont fait grandir très vite. Aujourd'hui, on forme les professionnels à être de très bons techniciens, mais on oublie de leur délivrer l'équipement de la protection émotionnelle qui va avec. Nous, on fait des débriefings avec nos collègues, on parle beaucoup avec eux.

La solution ? "Ne pas se cacher"

On annonce le plus simplement du monde à nos patients qu'ils ont le VIH (Virus de l'immunodéficience humaine, ndlr). C'est la simplicité qui permet d'être en relation avec eux, ne pas se cacher derrière une blouse blanche ou un jargon médical. À partir du moment où ils viennent nous voir et qu'on leur annonce une IST ou un VIH, on sait qu'on va bouleverser leur vie. On se doit d'être prêt à accueillir leurs émotions, qui vont des pleurs à la colère et à la sidération. On a tout le panel des émotions que l'être humain peut avoir en lui.

On n'a pas été là avant, on ne sera pas là après, mais on est là au moment de l'annonce, alors on devient le vecteur de la mauvaise nouvelle. Il faut en avoir conscience pour faire face à ça. Je crois que ce qui m'a le plus déstabilisée, c'est une personne qui n'a pas réagi, elle s'est retrouvée sidérée par la nouvelle et n'avait pas de réaction. Le manque de réaction est tout aussi perturbant que les pleurs ou la colère. C'est à ce moment-là que j'ai pris conscience que pour aller vers l'autre, il fallait comprendre ce qu'était l'être humain dans son ensemble pour pouvoir l'accueillir dans de bonnes conditions et ne pas se retrouver déstabilisé. Si on se retrouve déstabilisés au moment de l'annonce, on n'est plus des bons professionnels.

" Il faut prendre soin de soi : 'Moi, qu'est-ce que je ressens par rapport à tout ça ?' Il faut trouver un dérivatif pour ce trop-plein d'émotions "

La cohésion d'équipe est essentielle, c'est un très bon socle. Ensuite, il faut prendre soin de soi : 'Moi, qu'est-ce que je ressens par rapport à tout ça ?' Il faut trouver un dérivatif pour ce trop-plein d'émotions. Moi, c'est la cuisine. Ça me permet de contrecarrer cette émotion négative par quelque chose de très positif qui me fait plaisir. L'idée, c'est de revenir dans sa propre vie, avec ses tracas, ses propres accidents de vie. Moi, la salle de sport ou la course à pied, ce n'est pas mon truc.

Aujourd'hui, je n'ai pas envie d'arrêter. Mais il y a un mot essentiel dans notre métier : la congruence, qui veut dire qu'on est en accord avec soi-même. Le jour où je ne me sentirai plus en accord avec ce que je fais, je penserai à me reconvertir, pourquoi pas en tant que chef cuisinier (rires). Je crois profondément en l'être humain et c'est ce qui me fait tenir aujourd'hui : voir comment l'humain peut se relever et comment il peut être résilient face à des événements. Tant que je serai admirative de tout ça, je pourrai aller vers les gens et grandir avec eux."