Rennes : agressés par une patiente, quatre soignants du CHU portent plainte

  • A
  • A
L'équipe des urgences du CHU de Rennes "a dû faire face à une agression physique d'une grande violence", selon le syndicat Sud.
L'équipe des urgences du CHU de Rennes "a dû faire face à une agression physique d'une grande violence", selon le syndicat Sud. © DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :
Une plainte a été déposée à Rennes par quatre soignants du CHU, violemment agressés par une patiente lundi matin, a-t-on appris mardi auprès de l'établissement.

Quatre soignants des urgences au CHU de Rennes ont porté plainte à la suite d'une agression par une patiente lundi matin et l'établissement va également le faire, a-t-on appris mardi auprès de l'établissement. "J'ai été appelée hier matin aux urgences sur une situation d'agression avec une patiente qui s'était montrée violente dans ses propos et dans ses actes envers quatre soignants du service (...) Tous les quatre ont porté plainte et le CHU va le faire aussi", a déclaré Mylène Coulaud, directrice des soins et directrice de garde ce weekend au CHU.

Les équipes soignantes "à terre sous les coups"

"Il n'y avait pas de tension" ni de surcharge dans le service au moment de l'incident, l'incident "est davantage lié à une situation individuelle" de la patiente, a estimé Mylène Coulaud. Selon le syndicat Sud, "l'équipe des urgences a dû faire face à une agression physique d'une grande violence de la part d'une jeune patiente qui a agressé physiquement les équipes soignantes qui se sont retrouvées à terre sous les coups". 

Cette situation "fait partie des situations de violences auxquels sont confrontés quotidiennement les personnels soignants. En grève depuis plusieurs semaines à Rennes comme dans toute la France, les personnels dénoncent ces situations de tensions générées bien souvent par des délais de prise en charge trop inadaptés", souligne le syndicat. Un mouvement de grève des personnels paramédicaux pour dénoncer notamment le manque de moyens face au nombre accru de patients qu'ils accueillent, a démarré il y a près de trois mois et touche quelque 80 services partout en France, selon le collectif Inter-Urgences.