Radars anti-bruit : le maire de Villeneuve-le-Roi, ville-test, évoque "un problème de santé publique"

  • A
  • A
Il arrive que la police municipale reçoive plus de 100 appels par jour. 4:24
Il arrive que la police municipale reçoive plus de 100 appels par jour.
Partagez sur :
A partir de septembre, un appareil pour enregistrer le niveau sonore des véhicules sera testé à Villeneuve-le-Roi. Indispensable, selon l'édile de la ville du Val-de-Marne.

Scooters, motos débridées, quads... Pour les conducteurs de ces engins, il va falloir lever le pied en arrivant sur la place centrale de Villeneuve-le-Roi. Le tout premier radar anti-bruit, surnommé "capteur méduse", développé par l'association Bruitparif, est en effet dans cette ville du Val-de-Marne.

Le petit boîtier noir, perché en haut d’un lampadaire et équipé de quatre micros, calcul les décibels afin de repérer les véhicules bruyants pour, à terme, les verbaliser. "Il y a des rues qui ne sont même plus fréquentables et je trouve que c’est une très bonne idée pour la sérénité de la ville" raconte Liliane, une habitante de Villeneuve-le-Roi.

Plus de 100 appels par jour

Didier Gonzales, maire Les Républicains de Villeneuve-le-Roi et président de l’association Bruitparif, pointe du doigt un "problème de santé publique", alors que "l’OMS s’est emparée de toutes ces problématiques".

Signe que le bruit est un problème dans cette commune, la police municipale reçoit plus de 100 appels par jour. "Il arrive que le dimanche, une motocross ou deux sillonnent la ville et c’est une succession d’appels à la police municipale" explique le maire. "Je ne suis pas le seul à mettre en place cet outil, car Bruitparif reçoit beaucoup de demandes pour cet outil afin de mettre fin à ces comportements" souligne Didier Goinzales.

"Des décrets devront être pris pour que l’on puisse verbaliser"

La justice doit désormais valider ce dispositif pour que des sanctions puissent être établies. "Il convenait d’établir la réalité d’un outil qui permette de faire les choses. Avec la ‘Méduse’, nous avons un outil qui permet de capter les bruits et de les différencier" affirme Didier Gonzales.

Le maire précise que Bruitparif a porté un amendement permettant de verbaliser les véhicules les plus bruyants. "La loi LOM (loi d'orientation des mobilités) inclut un amendement, porté par Bruitparif, prévoyant une phase test à l’issue de laquelle des décrets devront être pris pour que l’on puisse verbaliser les cas extrêmes", explique l'élu.