Procès Abdeslam : les chiffres clés d'un dispositif hors normes

  • A
  • A
Partagez sur :
Les autorités françaises et belges travaillent de concert depuis plusieurs mois pour assurer la sécurité du premier procès du seul survivant des commandos du 13-Novembre, qui doit s'ouvrir lundi.

Pour Luc Hennart, président du tribunal de première instance francophone de Bruxelles, l'audience doit rester "normale". Pourtant, elle s'annonce hors normes. À partir de lundi, Salah Abdeslam, seul survivant des commandos des attentats du 13-Novembre 2015 à Paris, comparaît à Bruxelles dans un autre dossier : celui de la fusillade de Forest, dans laquelle trois policiers avaient été blessés au printemps 2016, quelques jours avant son arrestation. Afin d'organiser le transfert, l'audition et la retransmission des propos de celui qui fut l'homme le plus recherché d'Europe, les autorités françaises et belges travaillent de concert depuis plusieurs mois.

1.530 portes

Le procès nécessite la mise sur pied d'un vaste dispositif de sécurité dans et aux abords d'un bâtiment public souvent décrié pour sa vétusté : le palais de justice de Bruxelles. D'une superficie supérieure à celle de la basilique Saint-Pierre de Rome, ce bâtiment du 19ème siècle compte pas moins de 1.530 portes et 1.513 fenêtres. Il est rénové de manière quasi-permanente depuis 1982 et l'État fédéral, son propriétaire, envisage une fin des travaux en… 2028. Un cadre majestueux mais désuet et difficile à sécuriser.

jours de procès

Salah Abdeslam et son complice présumé, Soufien Ayari, doivent être jugés lundi, mardi, jeudi et vendredi. La présence policière sera renforcée au palais de justice et les professions judiciaires devront se soumettre, comme le public et les journalistes, au détecteur de métaux. Le stationnement sur les parkings jouxtant le bâtiment sera interdit, la circulation fermée dans la rue située derrière l'édifice et le ciel surveillé par des hélicoptères .

80 places dans la salle d'audience

A l'inverse d'un accusé aux assises, qui comparaît dans un box, le prévenu sera placé comme à l'habitude face au tribunal, au premier rang de la salle d'audience, tournant le dos au public. La salle où se déroulera le procès est prévue pour accueillir 80 personnes, avocats, chroniqueurs judiciaires, représentants d'associations de victimes ou simples curieux. Pour les journalistes, attendus par centaines, une retransmission vidéo des débats est programmée dans une autre salle de plus grande capacité.

300  kilomètres par jour

Pendant toute la durée du procès, Salah Abdeslam, détenu selon un régime spécifique à Fleury-Mérogis pour prévenir, notamment, tout risque de suicide, sera incarcéré dans une prison du nord de la France, à Vendin-le-Vieil, située à 150 km de Bruxelles. Cet établissement moderne a été le  théâtre d'une agression de surveillants par un détenu djihadiste mi-janvier et son blocage par le personnel, en guise de protestation, a un temps fait planer le doute quant au maintien du choix de cette prison pour accueillir le détenu. "Ce n'est pas remis en cause. Vendin est l'une des prisons les plus sécurisées, avec 250 surveillants pour quelque 90 détenus", a finalement signifié la Direction de l'Administration pénitentiaire. Les arrivées et départs quotidiens de Salah Abdeslam se feront sous l'escorte d'unités d'élite, par la route ou par hélicoptère. La décision sera prise au dernier moment.