Mariage mariée 2:35
  • Copié
Carole Ferry et Maximilien Carlier, édité par Romain David , modifié à
Avec le déconfinement, l'organisation des mariages, mise entre parenthèse par le contexte sanitaire, reprend de plus belle. Le calendrier est déjà pris d'assaut par des futurs mariés qui ont dû ronger leur frein pendant de longs mois, obligeant les organisateurs à redoubler d'imagination pour satisfaire toutes les demandes.
DÉCRYPTAGE

Cet été, vous vous apprêtez peut-être à dire oui à l’élu(e) de votre cœur, un moment que vous attendiez sans doute depuis très longtemps, puisque le Covid-19 a complétement chamboulé l'organisation des cérémonies avec quasiment deux fois moins de célébrations en 2020 que d'ordinaire. Désormais, les professionnels du secteur enregistrent un énorme phénomène de rattrapage. Il y a même embouteillage pour les mois à venir.

Des mariages en semaine, l’automne ou l’hiver

Les demandes de devis sont en hausse de 25% par rapport à 2019. Les plannings sont remplis jusqu'en 2022, voire 2023. En plus du jour J, les mariés doivent parfois choisir un plan B, selon Samuel Gombervaux directeur général de mariage.net. "Soit ils se positionnent sur un jour de semaine ou alors sur un dimanche. Et puis, la deuxième option, c'est aussi l'automne ou même l'hiver. On s'aperçoit qu'aujourd'hui, on a à peu près 10% des couples qui sont prêts à décaler et à choisir une de ces deux options pour pouvoir se marier durant l'année souhaitée."

Les locations de salles surfent sur la tendance, en proposant des tarifs plus avantageux hors samedi. C'est le cas par exemple du château d'Ermenonville, dont Olivia Borges est la responsable des mariages au domaine. "Depuis le dernier confinement, on a décidé d'accentuer cet écart pour que les mariages en semaine soient vraiment avantageux. De notre côté, ça nous permet d'avoir plus de mariages et d'être gagnants de tous les côtés", fait-elle valoir.

Coté protocole, les pistes de danse sont finalement autorisées, y compris à l'intérieur mais avec respect des gestes barrières. En clair : pas de slows cet été.

Afflux dans les boutiques de robes de mariées

Autre embouteillage : du côté des fabricants de robes de mariées, puisque les magasins étaient fermés pendant le confinement. Dès la réouverture, les boutiques ont été prises d’assaut pour des essayages essentiels, puisque l’on parle d’un vêtement traditionnellement réalisé sur-mesure.

"C'est exactement le style que je voulais : une dentelle un peu florale, un joli décolleté et un peu de brillant avec les perles." Dans une boutique lilloise, Camille, 26 ans, future mariée, essaye sa robe accompagnée de sa maman. "Depuis la réouverture, on court dans tous les sens, on s'adapte à toutes les demandes. En termes de vente, on peut dire qu'il y a 20 à 30% supplémentaires par rapport aux autres années", confie Constance, fondatrice de Promesse Mariage.

À quelques mètres de là, dans le magasin Mariée Couture, on enchaîne les essayages et les ajustements de dernière minute, comme l'explique Isabelle Joly, la responsable. "On va avoir 350 robes cette année à retoucher, contre en moyenne 250 sur une année normale." Et cette année, la tendance est aux robes plus fluides, plus légères, plus bohèmes.