Pour l'ancien manager de Johnny Hallyday, Laeticia est victime d'une "chasse à la femme"

, modifié à
  • A
  • A
L'ancien manager évoque en Laëticia un "soldat"
L'ancien manager évoque en Laëticia un "soldat" © Auteur / Source / Crédit PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :
Sébastien Farran est revenu dans les colonnes du JDD sur les derniers moments du chanteur et sur la relation du rockeur avec ses enfants. Il évoque également un mémorial. 

Contre-balancer les critiques plutôt que "régler des comptes". Sébastien Farran, ami et manager de Johnny Hallyday, est sorti de son silence dans les colonnes du JDDpour défendre l'épouse du chanteur, Laeticia, victime selon lui d'une "campagne calomnieuse orchestrée pour démolir son image, sa réputation, et celle de son mari". Celui qui fut le manager de Johnny Hallyday de 2012 à sa mort vilipende la "chasse à la femme" et défend la dernière épouse du rockeur comme son "premier soldat et son plus indéfectible soutien".

Famille recomposée. Interrogé, Sébastien Farran est aussi revenu sur la relation du chanteur avec ses deux premiers enfants, David et Laura. "Vous savez comment sont les familles recomposées : bien sur le papier, moins bien chez le psy. David et Laura, en sept ans, je les ai très peu vus. Pourtant, ils étaient invités à Saint-Barth, ou à Los Angeles pour Noël, mais ils ne venaient pas. On les voyait parfois aux concerts à Paris", estime-t-il.

"Guerre atomique". Sébastien Farran a également évoqué le dossier sensible de l'héritage. "Pour lui, David et Laura s'en étaient sortis. Ils avaient de quoi vivre bien et il savait que son nom n'y était pas pour rien, ce qui est normal". Pour l'ancien manager, "jusqu'à l'inhumation à Saint-Barth, c'était l'entente cordiale dans la famille". Mais dès le lendemain de l'enterrement, c'est "le clap de fin", souligne-t-il. "Laeticia reçoit un recommandé de Laura qui lui demande le nom de son notaire, puis David fait un communiqué pour dire qu’il ne participera pas à l’album posthume – ça ne lui avait pas été proposé ! (...) Nous avons fait une réponse d'avocat, c'était parti pour la guerre atomique ! Elle n'a pas compris", déclare-t-il. 

"Album de sa vie". Au cœur de la bataille judiciaire se trouve aussi l'album posthume du rockeur. "C'est l'album de sa vie, sûrement le plus personnel", avance Sébastien Farran, pour qui c'est un "véritable album de Rock’n’Roll". "Dès qu'il a su qu'il avait un cancer, il avait arrêté de fumer. On a enregistré les voix en mars. Du coup, sa voix est extraordinaire – l’ingénieur du son n’en revenait pas", déclare l'ancien manager.

"Mémorial". Sébastien Farran a également évoqué les derniers instants du chanteur, moment où il "était très diminué et voulait s'isoler du reste du monde". "Il a perdu l’appétit. On le voyait maigrir : 6 kilos, puis 8, puis 10. On installe un lit dans son bureau. Johnny Hallyday est devenu un homme qui flotte dans son caleçon, qu’il faut aider à se lever pour aller aux toilettes – je le sais, je l’ai fait". L'ancien manager souhaite maintenant entretenir la mémoire du chanteur, avec l'idée d'un "Mémorial au square de la Trinité", comme un "Graceland (ancienne résidence d'Elvis Presley, NDLR)".