Plainte pour viols : Luc Besson a été entendu mardi par la police

, modifié à
  • A
  • A
Depuis le 18 mai, l'influent producteur français est visé par les accusations d 'une comédienne de 30 ans, Sand Van Roy.
Depuis le 18 mai, l'influent producteur français est visé par les accusations d 'une comédienne de 30 ans, Sand Van Roy. © Stefanie LOOS / AFP
Partagez sur :
Accusé de viol par une comédienne, le réalisateur a été interrogé mardi par la police judiciaire en audition libre et conteste toute relation sexuelle imposée. 

Luc Besson a été entendu mardi près de cinq heures en audition libre dans l'enquête ouverte à Paris après la plainte pour viols d'une jeune comédienne que le cinéaste conteste, a appris Europe 1, confirmant une information du Point. "Luc Besson a été entendu comme il l'avait demandé, il a répondu à toutes les questions et tous les aspects du dossier ont été explorés", a déclaré son avocat, Thierry Marembert. "La procédure a depuis été retournée au parquet qui va désormais l'analyser", a précisé une source judiciaire, au terme de quatre mois et demi d'investigations. Sur le fond, le réalisateur confirme avoir reçu dans sa chambre d’hôtel Sand Van Roy le soir des faits allégués mais il conteste lui avoir imposé une relation sexuelle sous la contrainte.

Cela signifie que le parquet de Paris doit désormais se prononcer sur les suites à donner à l'affaire : il peut notamment décider d'un classement sans suite, ordonner des investigations complémentaires ou encore - s'il juge les indices suffisants - ouvrir une information judiciaire, obligatoire en matière criminelle. Au vu des éléments à leur disposition, les enquêteurs ont donc estimé qu'il n'était pas nécessaire à ce stade de placer Luc Besson en garde à vue ni de le confronter à la plaignante.

Visé par une plainte depuis mai dernier. Depuis le 18 mai, l'influent producteur français est visé par les accusations d 'une comédienne de 30 ans, Sand Van Roy, qui avait porté plainte au lendemain d'un rendez-vous avec lui dans un palace parisien. Le réalisateur avait immédiatement dénoncé des "accusations fantaisistes". L'actrice avait raconté aux enquêteurs entretenir une relation intime avec le cinéaste de 59 ans depuis environ deux ans et s'y être sentie obligée compte tenu de leurs rapports professionnels, selon une source proche de l'enquête et le témoignage de la plaignante dans les médias.

Plusieurs autres femmes ont également témoigné contre le réalisateur. En juillet, cette comédienne et mannequin belgo-néerlandaise avait déposé une deuxième plainte pour viols portant sur des faits commis antérieurement sur une période d'environ deux ans, selon une source proche du dossier. Une enquête de Mediapart publiée en juillet a recueilli plusieurs témoignages de femmes accusant le réalisateur du "Grand Bleu" de gestes déplacés, voire d'agressions sexuelles. Une ex-directrice de casting, qui avait dénoncé auprès du parquet des agressions sexuelles, a été entendue comme témoin en septembre par les enquêteurs. Les faits dénoncés seraient prescrits, selon une source proche du dossier.