Pourquoi la France ne parvient pas à réduire l'utilisation des pesticides

  • A
  • A
Pesticides 1:38
Mardi, la Cour des comptes a épinglé le gouvernement pour son inefficacité à diminuer l’utilisation des pesticides en France. © AFP
Partagez sur :
Malgré trois plans de réduction des pesticides décidés par les gouvernements depuis 2008, la France ne réussit pas à en limiter l'utilisation. L'objectif d'une réduction de 50% en dix ans semble s'éloigner de plus en plus alors que les chiffres de consommation et de vente de ces produits augmentent chaque année. 

Mardi, la Cour des comptes a épinglé le gouvernement pour son inefficacité à diminuer l’utilisation des pesticides en France. Et ce malgré les centaines de millions d'euros dépensés via trois plans de réduction des usages depuis 2008. L'objectif était de les réduire de 50% en dix ans, puis l’échéance a été reportée en 2025. Mais il est loin d’être atteint, puisque l’utilisation de pesticides ne cesse d’augmenter : 12% entre 2009 et 2019 et même 21% pour la seule année 2018.

Un manque de mesures contraignantes

Une augmentation qui peut s'expliquer par le manque de mesures contraignantes concernant les agriculteurs. Il est difficile de changer de modèle sur la seule base du volontariat. De plus, selon les ONG environnementales, les pesticides sont de moins en moins efficaces depuis une dizaine d'années. Les herbes deviennent résistantes, les agriculteurs utilisent plus de doses pour le même résultat. Puis ils augmentent les doses, moins les produits sont efficients : un réel cercle vicieux. 

Enfin, les millions d'euros dépensés pour ces plans de réduction n'ont pas été directement versés aux agriculteurs, mais à des administrations en charge de l'accompagnement. Des structures régionales, nationales ou encore des chambres d'agriculture ou des organismes de certifications. La Cour de compte l'annonce elle-même : les sommes se sont perdues dans les méandres de l'administration. Finalement, cette complexité contre-productive a neutralisé les effets positifs des trois plans de réduction successifs.

Europe 1
Par Eve Roger, édité par Mathilde Durand