Un laser désherbant pour remplacer les pesticides chimiques

  • A
  • A
Ce laser permettrait de mettre fin ou du moins de réduire le recours aux pesticides chimiques. 2:03
Ce laser permettrait de mettre fin ou du moins de réduire le recours aux pesticides chimiques. © DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :
Un bras articulé, robotisé, qui grille les mauvaises herbes d'un coup de laser : ùardi sur Europe 1, Anicet Mbida présente une innovation qui permettrait de mettre fin à l'utilisation de pesticides chimiques, souvent toxiques, pour privilégier le désherbage à l'électricité. 

De l'électricité à la place du glyphosate ? C'est l'ambition de ce nouveau laser désherbant. Plutôt que déverser des produits chimiques, on pourrait bientôt utiliser des robots capables de cibler les mauvaises herbes et de les détruire une par une. Un désherbage plus ciblé, "à la main", comme par le passé. Il faut s’imaginer un robot avec des bras articulés et équipé d'une caméra pouvant reconnaître tout ce qui pourrait être néfaste aux cultures.

Ce robot laser est très simple d'utilisation : on le laisse se promener de façon autonome dans les champs, et dès qu’il repère une mauvaise herbe, il sort un petit tison, et la grille avec une décharge électrique. L’électricité va faire bouillir toutes les cellules de la plante et la tuer sur le coup, jusqu’aux racines sans aucun produit chimique et sans même avoir à l’arracher.

"Agriculture de précision"

Cette machine a été mise au point suite à un partenariat entre deux startups britanniques, Small Robot Company et RootWave. Il n'existe pas encore de dispositif comparable pour lutter contre les insectes ravageurs, et ainsi éviter les insecticides, mais certains y travaillent. Tout cela participe d'un mouvement qui se développé actuellement, "l'agriculture de précision". 

L’idée, c'est de traiter différemment chaque portion de sol, chaque plante voire chaque feuille de la plante pour limiter l’usage des produits phytosanitaires. Avec des robots, on pourrait se passer complètement de produits chimiques et laisser les machines s’occuper des récoltes uniquement de façon mécanique.