Patrick Sébastien sur les grèves : "Des pauvres gens en galère emmerdent d'autres gens en galère"

  • A
  • A
Pour Patrick Sébastien, paralyser une partie du pays pour protester contre la réforme des retraites n'est peut-être pas la bonne solution. 1:34
Pour Patrick Sébastien, paralyser une partie du pays pour protester contre la réforme des retraites n'est peut-être pas la bonne solution.
Partagez sur :
Au micro de Nathalie Levy, lundi sur Europe 1, Patrick Sébastien a commenté la grogne contre les réformes des retraites de ces derniers jours. Pour lui, les manifestations ont l'inconvénient "d'emmerder" surtout les "gens qui galèrent", et pas les responsables de la colère. 
INTERVIEW

Et si la grève et les manifestations n'étaient pas la bonne méthode pour que le peuple exprime sa colère ? C'est en tout cas la position de Patrick Sébastien. Le chanteur et humoriste était invité sur Europe 1, lundi, à la veille de la troisième journée de mobilisation intersyndicale contre la réforme des retraites

"On se met sur la gueule entre nous, et ça m'effraie"

Interrogé dans "Le grand journal du soir", l'humoriste est revenu sur la colère exprimée dans les rues depuis bientôt deux semaines. "Moi, je vois qu'on se met sur la gueule entre nous et ça m'effraie. Il y a des pauvres gens en galère qui emmerdent d'autres gens en galère", avance-t-il. "Je crois que les gens qui manifestent ont raison, parce que leur quotidien est difficile", mais le résultat n'est pas le bon. "Il faut peut-être changer de méthode et aller emmerder les vrais responsables." 

 

"Il faudrait que l'on trouve autre chose"

Mais qui sont ces responsables ? "Les technocrates, les banquiers, les gens qui ont des privilèges et qui ne veulent pas les laisser", lance Patrick Sébastien. Quant à savoir si Emmanuel Macron, qui avait promis une remise à plat du système des retraites dès la campagne présidentielle, est en partie responsable de la paralysie du pays, le producteur pense "qu'il a les mains liées". "Il faut s'en prendre aux vrais responsables [...] les mecs qui sont en haut, mais arrêtons de nous taper entre nous. Il faudrait que l'on trouve autre chose", martèle Patrick Sébastien. 

Europe 1
Par Ugo Pascolo