Partir en septembre pour les vacances : "Il y a parfois des -50% sur les premières semaines du mois"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Dans "L'Équipée sauvage" avec Matthieu Noël, René-Marc Chikli, président du SETO (syndicat des entreprises du tour-operating), revient sur une tendance qui s'affirme : prendre ses vacances au mois de septembre.
INTERVIEW

La fin du mois d’août approche et avec, la fin des vacances estivales pour beaucoup de personnes. Beaucoup ? Peut-être de moins en moins. En effet, près de 10% des Français faisaient le choix de partir en septembre en 2018 et ils devraient être encore plus nombreux à faire ce choix en 2019. Sur Europe 1, dans L'Équipée sauvage avec Matthieu Noël, René-Marc Chikli, président du SETO (syndicat des entreprises du tour-operating) revient sur cette habitude.

"Les prix sont intéressants en France sur certaines destinations"

La principale motivation du vacancier de septembre reste budgétaire. Que ce soit dans les campings, hôtels ou chez les tour-opérateurs, les tarifs sont souvent revus à la baisse. "Les prix sont intéressants en France sur certaines destinations", relève ainsi René-Marc Chikli, "avec parfois des -50% sur les premières semaines de septembre". C’est surtout le moyen-courrier qui bénéficie de cette nouvelle tendance. "La Turquie s’est vraiment bien vendue, la Tunisie, la Grèce, l’Espagne et l’Italie également", indique notamment le président du SETO.

Au sujet des mois de juillet et août, René-Marc Chikli dresse un premier bilan. "Paradoxalement, sur la France, dès fin juillet, le constat était évident : les Français ont préféré le nord", indique-t-il. La faute à une canicule qui a poussé les Franciliens à choisir davantage de fraîcheur.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau