Le plaidoyer du Guide du routard pour le tourisme en banlieue

, modifié à
  • A
  • A
Philippe Gloaguen présente son Guide du routard des banlieues 1:27
Philippe Gloaguen présente son Guide du routard des banlieues © Europe 1
Partagez sur :
Philippe Gloaguen, co-fondateur du Guide du routard, revient sur Europe 1 sur sa version rédigée du guide autour des banlieues de Paris. Une façon, toujours d'actualité avec la crise sanitaire liée au coronavirus, de découvrir l’Île-de-France de façon insolite.

Il n’y a pas que Paris en Île-de-France. Pour se changer les idées et découvrir des coins insolites ou sympas, pas la peine d’aller bien loin si l'on habite la capitale. La banlieue regorge de pépites et d’idées de balades, comme l'a rappelé Philippe Gloaguen, co-fondateur du Guide du routard au micro de Matthieu Noël mercredi dans L'Équipée sauvage sur Europe 1.

"Malgré l’image parfois assez négative de la banlieue, il se trouve qu’il existe des endroits absolument splendides et pourtant oubliés", souligne Philippe Gloaguen, qui a voulu redonner les lettres de noblesse aux banlieues en publiant en 2003 le guide "Banlieues de Paris". Ces dernières disposent d'un patrimoine riche grâce au Moyen-Âge, puisque certaines villes autour de Paris restent les gardiennes des vestiges de l'époque.

Entendu sur europe1 :
Personne n’y va et c’est dommage parce qu’il y a une vraie culture de la banlieue

"Toute la ceinture maraîchère de Paris est un peu oubliée avec le déménagement des Halles au centre de Paris, qui autrefois jouait beaucoup sur les petits producteurs. Les pêches poussaient spécifiquement à Montreuil par exemple, le cresson à Méréville", énumère-t-il. Un héritage issu d'une invention particulière des jardiniers de l’époque : "Pour les pêches, ils plantaient les racines à l’ombre, mais en revanche l’arbre, le pêcher, était au soleil. Ces petits murets à pêchers de Montreuil existent toujours et sont visitables", rappelle l'écrivain, invité à l'occasion de la sortie de son nouveau livre Voyages France.

À Issy-les-Moulineaux, changements de décors. C'est le musée de la carte à jouer que Philippe Gloaguen invite à découvrir. "Personne n’y va et c’est dommage parce qu’il y a une vraie culture de la banlieue", déplore-t-il. Les cartes sont désormais entre vos mains.

Europe 1
Par Baptiste Denis