Le moine tibétain Matthieu Ricard sur le climat : "Il faut un optimisme constructif"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Interrogé sur l'avenir qui se dessine pour les futures générations, le moine bouddhiste tibétain Matthieu Ricard s'est montré optimiste, non sans nier les bouleversements qui s'annoncent.
ANNE ROUMANOFF, ÇA FAIT DU BIEN

Dans son livre Émerveillement, Matthieu Ricard, qui était l'invité d'Anne Roumanoff jeudi, partage avec ses lecteurs, et en images, les plus beaux endroits que recèle notre planète. Mais ces lieux existeront-ils encore dans quelques années avec le réchauffement climatique ?

"On ne peut pas s'empêcher d'avoir des inquiétudes"

"J'en ai encore parlé récemment avec Yann Arthus-Bertrand. Il avait une phrase que j'aimais beaucoup : 'il est trop tard pour être pessimiste'", a raconté sur Europe 1 le moine bouddhiste tibétain, qui est également photographe. "Il faut faire quelque chose, car on ne peut pas s'asseoir sur son derrière et ne rien faire. Ceci dit, on ne peut pas s'empêcher d'avoir des inquiétudes, surtout quand on voit les projections climatiques", explique-t-il.

"250 millions de réfugiés climatiques"

La période entre 2015 et 2019 devrait ainsi être la plus chaude jamais enregistrée et les projections sur le réchauffement climatique sont de plus en plus alarmistes. Malgré tout, Matthieu Ricard prône un "optimisme constructif" en opposition à un "optimisme naïf" ou à un "pessimisme" ambiant.

"Le monde sera sans doute très différent de ce qu'il est aujourd'hui", reconnaît-t-il, relevant notamment que l'on annonce "250 millions de réfugiés climatiques" dans quelques dizaines d'années. Pour autant, "il faut se mobiliser ou faire soi-même quelque chose", souligne Matthieu Ricard.

Europe 1
Par Europe1.fr