Marseille : une crèche prépare son déménagement après une fusillade

, modifié à
  • A
  • A
La crèche se trouve dans les quartiers nord de Marseille. Image d'illustration.
La crèche se trouve dans les quartiers nord de Marseille. Image d'illustration. © AFP
Partagez sur :
La Crèche de l'Oeuf avait annoncé fin juin sa volonté de déménager, en raison de sa proximité avec un réseau de trafiquants, dans les quartiers nord de la ville. 

Contrainte de déménager en raison de sa proximité avec un réseau de trafiquants, une crèche des quartiers nord de Marseille a annoncé vendredi avoir trouvé un point de chute, à un kilomètre de ses locaux actuels.

L'annonce fin juin de la décision de la direction de déménager la Crèche de l'Oeuf, située dans le quartier de la Busserine, avait suscité l'anxiété des 35 familles et du personnel, qui s'est mis en grève.

Une ouverture espérée "à l'été 2019". Les responsables de la crèche, gérée par une émanation de la Fondation d'Auteuil, estimaient que la sécurité n'était plus garantie, notamment après une descente dans le quartier, fin mai, en plein jour, d'un commando armé de kalachnikov. Une probable opération d'intimidation entre trafiquants, qui n'a pas fait de victime.

"Nous sommes sur la voie de trouver une solution", a annoncé vendredi Pierre Burello, directeur régional dans le Sud-Est des Apprentis d'Auteuil. Pour la rentrée et jusqu'en juillet 2019, la crèche explique avoir obtenu de la préfecture "le renforcement des conditions de sécurité".

Dans le même temps, la Fondation d'Auteuil envisage le déménagement vers des locaux où elle a déjà d'autres activités, à environ un kilomètre de là, également dans les quartiers nord mais plus faciles à sécuriser que l'actuel. Des travaux doivent être menés pour une ouverture espérée "à l'été 2019".

Un impact de balle retrouvé dans la palissade de la crèche. En juin, les dirigeants de la crèche expliquaient devoir plier bagage face à la violence, malgré des mesures prises comme l'installation de palissades. Dans ce quartier déshérité et plongé dans d'interminables travaux de rénovation urbaine, le personnel avait dû s'accoutumer au voisinage des trafiquants. Un impact de balle a été retrouvé un jour dans la palissade de la crèche.

"Les gens qui rentraient dans les locaux devaient être 'validés' par le gang" en montrant patte blanche, "en particulier les hommes", soupçonnés par les dealers d'être des policiers en civil, témoignait une responsable du groupe.